La machine est bel et bien lancée : le projet de modernisation du RER D dans les cartons du Stif – le syndicat des transports de la région – et de la SNCF devrait voir le jour pour décembre 2018. Dénommé ‘SA 2019’, il vise à apporter à moyen-terme des améliorations dans la qualité et la régularité de la ligne.

Malgré les protestations des usagers et des élus des branches sud de la ligne, il doit être validé ce mercredi par une large majorité des élus du conseil d’administration du Stif (régionaux, départementaux et de la ville de Paris). La fracture semble pourtant apparente entre les gagnants et les perdants de cette « simplification » des branches sud du RER D (lire notre articleabonnés)

Ce qu’il faut retenir

Finies les 5 branches du RER D, place à un Y inversé au sud de gare de Lyon, composé des 2 axes principaux Paris-Villeneuve-Melun par Montgeron et Paris-Villeneuve-Corbeil par Juvisy et Evry-Courcouronnes. Ces lignes voient leur trafic vers Paris augmenté, avec 3 trains semi-directs de plus au départ de Melun entre 7h et 7h45, et 2 trains par quart d’heure au départ de Corbeil via le Plateau (contre 1 Paris et 1 terminus Juvisy actuellement) aux heures de pointe.

En contrepartie, les autres axes deviennent secondaires‎. Les trains circulant sur la branche bord de Seine en provenance de Melun seront terminus Corbeil. Pour la branche Malesherbes, ce sera terminus Juvisy via Corbeil et la branche vallée (Ris-Orangis, Évry val de Seine). Cette dernière se trouvera également privée de liaison directe Paris.

Les indices de ponctualité du RER D présentés par la SNCF, avec la répartition du nombre de voyageurs par branche

Les indices de ponctualité du RER D présentés par la SNCF, avec la répartition du nombre de voyageurs par branche (DR)

Le directeur de la ligne D Julien Dehornoy promet qu’avec ces bouleversements, « ‎la ligne sera beaucoup plus souple à exploiter, sachant que le matin, la moitié des problèmes viennent du sud de Corbeil. On compte donc réduire de 25% les retards sur toute la ligne ». Selon les chiffres de la SNCF, sur les 615 000 voyageurs quotidiens du RER D (ce qui représente 400 000 personnes), 53 000 bénéficieront des meilleures fréquences de train sur les deux branches au sud de Villeneuve. 12 000 voyageurs devront quant à eux ajouter une correspondance à leur parcours.

A noter, quelques conséquences et détails qui impacteront le quotidien des usagers de la ligne. La SNCF promet aux voyageurs de la branche Malesherbes un train supplémentaire le soir, qui sera au départ de Juvisy vers 23h. Ce sera par contre le dernier train au soir pour la branche vallée, qui bénéficie jusque là d’un dernier départ de Gare de Lyon à 00h45. Le Stif envisage aussi des liaisons en bus supplémentaires pour des communes de la branche vallée comme Ris-Orangis et Soisy, voire de nouvelles entre la vallée de l’Essonne (Mennecy, Ballancourt) et Evry-centre, là où transitent le tiers des voyageurs de la branche Malesherbes. A Corbeil et à Juvisy, leur changement de train se fera « quai à quai » assure la SNCF, qui prévoit un allongement théorique du temps de parcours de « 2 minutes » pour un trajet Ballancourt-Paris. « Aujourd’hui, le retard moyen de Paris vers Corbeil est de 6 minutes en pointe le soir » ajoute même la SNCF.

De nouvelles rames dès 2019 ?

‎C’est le deuxième vote qui concerne le RER D lors du conseil d’administration du Stif de ce 11 janvier. Julien Dehornoy parle ainsi d’un « ordre du jour très important pour le RER D ». L’achat des 127 nouvelles rames qui remplaceront les trains actuels entre 2021 et 2016 doit être entériné. « Avec les ateliers neufs, cela fait un total de 2 milliards d’euros d’investissement sur le matériel » précise-t-il, auquel doit s’ajouter le déploiement d’une nouvelle signalisation en 2025, le système Nexteo : « aujourd’hui nous sommes à 16 trains/heure dans chaque sens, nous pourrons aller jusqu’à 20″ ajoute le directeur du RER D, dont les services prévoient 900 000 voyageurs quotidiens sur la ligne en 2030.

Concernant les « navettes » des branches secondaires, celles-ci pourraient même être dotées de nouvelles rames dès 2019, un « matériel roulant » plus léger que les rames principales. De quoi rendre compliquée la possibilité de maintenir un train ou deux pour Paris depuis Malesherbes, comme demandé par certains, même si « on étudie ça » du côté de la SNCF. Les trains seront ainsi adaptés selon si ils circulent là où les quais sont bas ou bien plus hauts.

Le débat est ouvert

Tandis que les élus du sud-Essonne manifestent et tentent (tardivement) de faire entendre la voix de leurs territoires, et que d’autres se réjouissent d’améliorations à venir pour leurs habitants, que pensez-vous de ce SA 2019 ? La parole est à vous : vous êtes usager régulier ou ponctuel du RER D, ce sujet vous intéresse ? Faites nous part de votre ressenti, votre point de vue sur le projet, racontez nous votre quotidien ! Laissez un commentaire ci-dessous (fonction abonnée), ou bien écrivez-nous par mail (contact(@)essonneinfo.fr) ou sur les réseaux sociaux.

Nous publierons dans notre rubrique L’oeil des lecteurs vendredi prochain, plusieurs de vos témoignages.