Il aura d’abord fallu prendre note des nouveaux horaires, distribués depuis le mois dernier dans les gares du RER D. Chacun a ainsi pu découvrir les modalités de mise en oeuvre du plan de restructuration de la ligne D, baptisé « SA 2019 ». En gare comme sur les quais, la SNCF et l’autorité des transports Ile-de-France Mobilité ont allègrement communiqué sur les changements d’organisation du RER D, vantant la meilleure fluidité et fiabilité attendues pour l’ensemble de la ligne. Pendant ce temps, le collectif des usagers en colère et trois maires (Ris-Orangis, Soisy, Etiolles) ont chacun porté un recours, en responsabilité pour le premier, et en nullité de la délibération entérinant la refonte de la ligne pour les seconds.

La date clé du 9 décembre est donc arrivée, et c’est ce dimanche, puis surtout ce lundi, que les voyageurs ont pu se rendre compte in situ, des changements ou non apportés à leur trajet quotidien ou bien ponctuel. Les principales modifications sont celles du redécoupage du système des branches, autour de Corbeil-Essonnes. Les trains en provenance de Malesherbes sont désormais terminus Juvisy, et ceux qui venaient de Melun s’arrêtent maintenant à Corbeil-Essonnes. La liaison vallée (Evry val de Seine, Ris-Orangis) est transférée côté plateau aux heures de pointe, le tout entrainant de nouvelles correspondances pour 10 000 voyageurs par jour. Plus globalement, pour améliorer de 25% la régularité de la ligne, qui compte 615 000 usagers par jour et en gagne 3% par an, les temps de parcours se trouvent majoritairement rallongés sur ces trajets.

RER D : se préparer à la douloureuse? 

Sur la branche vallée, les quais Paris affichent donc unanimement depuis quelques jours la même destination : Juvisy. Montée à Grand Bourg, Annie trouve « dommage » de ne plus avoir de train direct pour Paris, « mais je ne me plains pas, car je suis retraitée » lache-t-elle. Comme d’autres ce matin là, elle optera pour la correspondance en gare de Viry, pour ne pas à avoir à changer de voie. Sur le quai de Viry-Chatillon, une annonce sonore informe les voyageurs qui descendent, sur le prochain RER pour Paris à l’approche « actuellement en gare de Grigny-centre ». Il faudra attendre toutefois 3 minutes de plus pour entendre un nouvel appel stipulant « le train part de la gare de Grigny ». La suite du trajet vers Paris se fait sans encombre, le train marquant toutefois l’arrêt dans toutes les stations du Val-de-Marne.

Une batterie de nouveautés sur les quais

Des agents sont également déployés sur le quai pour renseigner les usagers, et l’un d’entre eux distribue même des madeleines aux personnes descendues du train, comme pour présenter sous son meilleur jour la mise en oeuvre du SA 2019. En gare de Viry, toujours, un vendeur de café ambulant sur le quai Paris ne désemplit pas de commandes sur le pouce. Car la SNCF a déployé plusieurs mesures pour accompagner le nouveau schéma du RER D, à commencer par des travaux en gare. S’ajoutant à ceux existant à Juvisy (tunnel) ou Corbeil (passerelle), plusieurs écrans ont été changés à Viry, Corbeil et Juvisy, et de nouveaux abris sont en cours d’édification dans ces mêmes gares, sur les quais de transit.

Les travaux sont en cours sur les quais de la gare de Viry-Chatillon, où se rajoutent notamment de nouveaux abris pour les voyageurs en correspondance sur le RER D

Les travaux sont en cours sur les quais de la gare de Viry-Chatillon, où se rajoutent notamment de nouveaux abris pour les voyageurs en correspondance (JM/EI)

On note également l’installation de nouveaux distributeurs automatiques, et l’ouverture de toilettes sur le quai de Viry. Dans cette gare toujours, un mini espace de travail est installé. Ces trois gares de correspondance concentrent visiblement les efforts du transporteur, qui a renforcé son système d’annonces sonores dédiées à ces stations. Un total de 7 millions d’euros ont été investis pas la SNCF, fait-elle savoir. Dans l’usage, les couloirs de la gare de Juvisy sont plus remplis que jamais depuis ce lundi, tout comme les quais. Les modifications sur la ligne D semblent également avoir poussé plus de voyageurs en provenance du sud à poursuivre leur trajet vers Paris en optant pour la ligne C. Le moteur de recherche Transilien conseille ainsi de passer par Austerlitz pour rejoindre plusieurs destinations de l’est parisien.

Pour les taux de régularité, un peu de patience..

Sachant que la SNCF et IDF Mobilité tablent sur l’objectif de 25% de retard en moins et une somme de 90% de ponctualité sur l’ensemble de la ligne, avec la mise en place du SA 2019, il est encore trop tôt pour mesurer les effets du plan de transformation du RER D. Bien que cet objectif de ponctualité, « nous nous le donnons dès le lancement du SA 2019, soit dès le 9 décembre » détaille la direction du RER D, celle-ci précise, suite à nos demandes d’explications, qu’il « s’agit d’un taux moyen, et étant donné les aléas et incidents que subit la ligne régulièrement, c’est sans doute à la fin du premier trimestre que l’on aura suffisamment de recul pour réaliser un premier bilan ».

Pour les premiers jours du SA 2019, mis à part le dimanche, chaque journée a connu depuis lundi son lot de perturbations sur la ligne D. Accident de personne à Grigny, mesures de sécurité à Gare du Nord, manifestation lycéenne à Mennecy ou encore panne de train sur la branche Malesherbes : l’expérience a pu être assez désagréable sur certaines heures. D’autres voyageurs ont pu passer entre les goutes et connaître des trajets à peu près normaux. A noter que les rames effectuant la navette Malesherbes-Juvisy sont majoritairement des trains à quatre wagons, ce qui les rend pleins à certaines plages horaires. Quelques galères auxquelles se sont rajoutées les perturbations lundi et mardi sur les bus de la TICE (lire notre article).

En prévision du nouveau système de branchage du RER D, la SNCF précise avoir fait travailler ses logiciels « sur plus de 200 incidents simulés », qui peuvent perturber le trafic, à l’aide de son outil baptisé Denfert. « Ce système est prévu pour chaque changement de grille » tient à rassurer la direction de la ligne, qui se sait attendue sur les futurs taux de régularité. La régulation de la ligne n’a ainsi pas hésité à supprimer plusieurs trains à la suite d’incidents cette semaine, ou rendu des semi-directs omnibus. Enfin, concernant le matériel roulant, c’est à dire les trains de la ligne D, l’arrivée des nouvelles rames Regio2N a pris du retard mais elles seront livrées « en septembre 2019 sur les 2 branches Juvisy -Malesherbes et Melun-Corbeil » indique la SNCF. D’ici là, ces branches gardent les trains bleus à deux niveaux Z2N. Les rames Z5300, dites « Petits gris » vont elles « s’arrêter définitivement à la fin de cette année ».