A l’heure où le député sortant, actuel Premier ministre Manuel Valls s’apprête, depuis Evry, à sa lancer dans la course à la présidentielle, l’un de ses collègues au conseil municipal d’Evry se lance lui dans la course à la députation. Il s’agit d’Alban Bakary, élu Modem du groupe d’opposition Evry au coeur depuis 2014, par ailleurs candidat centriste aux Départementales 2015 (6,48% des suffrages).

Pré-investi par son mouvement au mois de juin dernier, il se lance en campagne « avec une volonté de rassembler les forces centristes et républicaines » explique-t-il à Essonne Info. Celui qui se présente dans une démarche « d’implantation locale », parle de son désir de « regenerescence des idées » et compte ainsi « incarner un nouveau visage et changer les pratiques » politiques. Il s’appose par exemple au cumul des mandats, indiquant que « quelqu’un dans un exécutif local ne peut pas être parlementaire ».

Alors que les principales formations de droite n’ont pas encore bouclé leurs investitures, à la suite de la victoire de François Fillon à la primaire, Alban Bakary espère « rassembler les étiquettes » car il se sent, dit-il, « légitime » à candidater. Il compte ainsi former un duo avec une suppléante de l’UDI ou des Républicains. Même si pour le moment, ses soutiens ne se bousculent pas au portillon. Il peut compter sur l’appui de l’ancienne élue (UDI) d’Evry Marie-Thérèse Plaud, mais le parti du centre-droit ne le suit pas à ce stade. Pour Sylvain Dantu, élu à Corbeil-Essonnes et responsable local de l’UDI, « pour l’instant il n’est que candidat Modem, il n’a pas notre soutien officiel, nos instances doivent encore se réunir. Mais j’apprécie sa démarche » sourit-il. Pas de soutien non plus du côté du parti LR qui prévoit de présenter son propre candidat.