« Qui l’aurait cru ? Pourtant, il l’a fait ! ». Martine Sureau, la conseillère départementale du canton de Yerres et soutien de Nicolas Dupont-Aignan ne cachait pas son émotion ce dimanche soir. Il faut dire que la soirée fut rude pour les nerfs. La soirée du second et même plus largement cette fin de campagne furent tendues, avec une communication durant l’entre-deux tours très offensive de la part du député sortant. Et il faut dire que cette campagne a porté ses fruits pour Nicolas Dupont-Aignan. Retour sur cette soirée qui restera dans les mémoires des Yerrois et des habitants de cette huitième circonscription de l’Essonne, pour des raisons diverses et variées.

Notre dossier sur la 8e circonscription de l’Essonne

Yerres permet la bascule

20h30 ce dimanche, les différentes chaînes de télévision envahissent peu à peu le parc de la Grange aux bois, lieux où se situe le bureau centralisateur de la commune de Yerres. Quelques Yerrois et habitants de la circo sont déjà là aussi. D’un côté, il y les « pro-NDA » qui souhaitent voir leur champion rempiler pour un cinquième mandat de suite. De l’autre, il a ceux qui veulent le voir perdre, suite à ses différentes prises de position durant l’entre-deux tours de la présidentielle en faveur de Marine Le Pen. Les fameux « Idiots utiles » sont donc là aussi et arrivent au compte-gouttes. Enfin, autre groupe de soutien présent, bien que plus épars, les proches du candidat de la République en Marche (LREM), Antoine Pavamani.

À l’inverse du premier tour des législatives, les premiers résultats prennent plus de temps à filtrer, rendant l’atmosphère de plus en plus pesante. Soudain, peu avant 21h, un premier mouvement de foule annonce l’ouverture officielle au public du bureau centralisateur. Et cela commence fort pour les militants du président de Debout la France, avec le détail du bureau numéro 10 de Yerres. Ce dernier donne le local de l’étape largement en tête avec 296 voix contre 127 pour Antoine Pavamani. « Allez, il peut le faire », harangue un militant proche de NDA à ses comparses. Car il faut dire qu’après le premier tour, même si Nicolas Dupont-Aignan n’était pas totalement largué par le candidat macroniste, celui-ci accusait tout de même un retard de 6 points et surtout de 2 277 voix.

Les résultats sur Yerres s’enchaînent et donnent toujours le même ordre avec des écarts plus ou moins significatifs. Sur les autres communes, les résultats arrivent doucement. « Pavamini en tête dans quelques bureaux de Vigneux et Montgeron », soufflent certains proches du candidat. Quelques heures après, les résultats globaux donneront Antoine Pavamani vainqueur sur ces deux communes avec respectivement 54,01% et 52,79% des voix, mais l’écart en termes de suffrages reste faible, tant la participation reste minime. L’écart est ainsi légèrement supérieur à 600 voix en cumulé sur ces deux communes. « Ça va être serré », assure-t-on du côté des ‘anti-NDA’, car chacun sait que la commune de Yerres et ses 20 000 inscrits fera la différence à elle seule. « La commune d’Yerres fera la bascule, c’est certain. Vu les résultats que NDA y obtient, il nous passera devant pour un ou deux points ».

Alors fief d’Antoine Pavamani où il est élu d’opposition, Crosne bascule finalement pour Nicolas Dupont-Aignan (51,23%, 67 voix d’avance). Antoine Pavamani récupère dans son escarcelle la ville de Brunoy (449 voix d’écart). Peu avant 22h30, les jeux sont presque faits, ne restent plus que les résultats de Yerres pour clôturer le tout. Et le doute est levé rapidement vu que l’ensemble des soutiens de NDA est arrivé comme un seul homme dans la Grange au Bois, un large sourire imprimé sur le visage. Fort dans la communication et dans la mise en scène, Nicolas Dupont-Aignan apparaît en queue de cortège, scandant à la foule : « On a gagné ! ». S’en suivit une ovation d’une partie de la centaine de personnes présentes pour l’occasion. L’autre partie de la foule, composée des fameux « Idiots utiles », se fait aussi entendre. « Honte à vous ! », lancent certains d’entre eux. « C’était important que nous nous retrouvions là ce soir pour la proclamation des résultats et que nous nous fassions entendre. Nous prenons acte de ces chiffres », commentent ainsi certains d’entre eux qui formuleront dans les prochaines heures un communiqué pour réagir de manière plus officielle à ces résultats.

« Ma plus belle victoire en politique »

Yerres a donc permis la bascule dans le camp du président de DLF. Il y réalise ainsi un très bon score à l’échelle de la circo. 62,78%, soit 6 558 voix et surtout 2 670 suffrages d’avance sur son challenger du soir Antoine Pavamani. Pas étonnant que ses premiers mots reviennent en partie aux Yerrois qui l’ont ‘sauvé ’. « En ce 18 juin, je veux remercier les électeurs résistants qui m’ont renouvelé largement leur confiance et notamment aux Yerrois, venus en nombre (Ndlr : Yerres étant la commune de la circo à avoir le plus fort taux de participation avec 53,44%). Les manifestations orchestrées, relayées par un tintamarre injuste n’ont pas ébranlé la large majorité de mes concitoyens », pique Nicolas Dupont-Aignan, visiblement très ému, aux côtés de son épouse et de sa suppléante Ouiza Haddad. « Ils savent bien qui je suis et ce que j’ai fait. Ils savent que je n’ai jamais renoncé à mon patriotisme et humanisme de bon sens ».

NDA a décroché un cinquième mandat de député (JL/EI)

NDA a décroché un cinquième mandat de député (JL/EI)

Signe encore une fois de toute la tension qui régnait autour de ce scrutin, le député sortant ose même avouer en fin de conférence de presse : « C’est la plus belle victoire de ma carrière politique, car elle a été la plus dure ». Au final, il fera son entrée à l’Assemblée nationale pour un cinquième mandat de député fin juin, grâce aux 1 364 voix d’avance qu’il a pu obtenir sur les résultats globaux de la circo (Ndlr : 52,05% contre 47,95% pour Pavamani). De l’autre côté, c’est la douche froide. « Il a réussi son opération d’annulation du 28 avril dernier », commente Antoine Pavamani, avant de ponctuer : « c’est vraiment un homme néfaste et menteur », confie celui qui maintient ses plaintes pour diffamation déposées jeudi soir dernier. Celui qui avait recueilli 13 558 au premier tour la semaine passée n’aura donc pas réussi à transformer l’essai. Par rapport au report de voix, il n’aura obtenu ‘que’ 2 000 suffrages de plus lors de ce second tour (Ndlr : 15 980), là où NDA arrive a en attiré plus de 6 000. « On a sans doute réagi trop tard à ses attaques, reprend Antoine Pavamani. Mais il faut savoir que sa victoire va être un mal pour un bien pour les habitants du territoire. Son petit jeu clientéliste qu’il mène à l’agglo va prendre fin du fait du non-cumul des mandats », conclut ce dernier.

Car oui, il sera très prochainement question de passations de témoin, à l’agglo du Val d’Yerres Val de Seine (CAVYVS) où Nicolas Dupont-Aignan devra laisser sa place de président, vraisemblablement le 26 juin, et à la mairie de Yerres le 29 juin prochain. Et cette écharpe de maire, c’est à Olivier Clodong qu’elle est promise. « C’est une superbe victoire ! Oui je vais être le nouveau maire, mais d’abord, nous allons fêter pleinement cette victoire », lance-t-il, pendant que NDA portait dans ses bras, Nicolas Lamoth, l’ancienne conseillère départementale de Yerres.