En 2014, le maire de Corbeil-Essonnes, Jean-Pierre Bechter, a décidé de renommer une partie du boulevard Jean Jaurès par l’avenue Serge Dassault pour le « remercier de ce qu’il a fait pour la municipalité ».

Un choix qui interpelle ! D’un côté nous avons Jean Jaurès, homme politique qui s’est fait connaître lors de son opposition au déclenchement de la Première Guerre mondiale, l’un des fondateurs de la SFIO, figure de la Gauche et créateur du journal L’Humanité. De l’autre côté, il y a Serge Dassault, industriel dans l’aéronautique, ancien maire de Corbeil-Essonnes de 1995 à 2009, sénateur Les Républicains de l’Essonne, propriétaire de médias comme Le Figaro, connu aussi pour ses ventes d’armes, en somme : un homme qui ne fait pas l’unanimité auprès de certains. A commencer par Michel Nouaille, ancien conseiller municipal d’opposition à Corbeil, « c’est indécent, car ça n’a pas été décidé en conseil municipal, c’est contre la tradition républicaine qui veut qu’on donne le nom d’une rue ou d’un bâtiment à une personne décédée, or Monsieur Dassault est toujours en vie ».

Du retard dans les travaux

La nouvelle avenue reliera la gare de Corbeil à la N7 et entraîne la création du rond point Doisneau sur les hauteur de la ville à proximité du lycée. Cette création de voirie doit voir la démolition de certains bâtiments dont un restaurant chinois « Villa d’Asie », qui a posé quelques problèmes. Le propriétaire n’a pas accepté de se faire expulser de son lieu de travail et a émis des protestations. Par conséquent, les travaux qui devaient être terminés à l’été 2016, ne pourront pas reprendre avant mars 2017, selon le cabinet du maire, « le juge va donner sa décision dans les prochaines semaines concernant l’expulsion définitive du restaurant ». De gros changements en découlent comme la fermeture du souterrain, qui avait causé de nombreux accidents et était fermé. A la place il y aura une fontaine avec des jets colorés. Le but de ce rond point est de fluidifier la circulation, mais pour l’instant les 15 000 à 20 000 voitures qui empruntent l’avenue chaque jour n’y voient pas les avantages, puisqu’elle est toujours en travaux.

Le restaurant chinois est toujours sur place (JM/EI)

L’avis de démolition trône sur la devanture du restaurant chinois. (MC/EI)

Les travaux prennent du retard donc, mais l’inauguration de la fameuse avenue aussi ! Initialement prévue le 4 avril dernier à l’occasion des 91 ans de Serge Dassault, elle avait été repoussée. A en croire le cabinet du maire, « aucune date n’est pour l’heure annoncée ».

Un changement d’adresse qui fait polémique

De Jean Jaurès à Serge Dassault, les bâtiments vont devoir changer leur adresse. A l’actuel 116 boulevard Jean Jaurès, siège du centre hospitalier Sud Francilien (CHSF), cela soulève une certaine problématique. En effet, ce changement implique un coût pour l’institution essonnienne qui embauche des centaines de personnes, elle va devoir entreprendre la modification de tous ses papiers administratifs… Bruno Piriou, membre de l’opposition au conseil municipal de Corbeil, ne voit pas l’intérêt de renommer l’avenue, il perçoit une stratégie de la part de la 5ème fortune de France. « C’est une idée totalement mégalo, il savait que l’hôpital était sur le boulevard et comme ça, les futurs enfants de Corbeil-Essonnes naîtront sur l’avenue Serge Dassault, c’est une symbolique grave » s’insurge-t-il. Pour ce dernier, le nom de la rue a une grande signification, « moi j’ai longtemps habité rue Victor Hugo et ça m’a construit, là les gens qui vivaient avec l’image de Jean Jaurès vont devoir porter le nom d’un vendeur de rafales qui tuent des vies humaines, c’est une catastrophe, une honte ! «  déclare t-il. Des soucis logistiques qui ne sont pas la priorité de la mairie si l’on en croit sa réponse : « il n’y a pas de décision pour le moment pour savoir si la municipalité prendra en charge les frais dus au changement d’adresse ». Ce dommage collatéral va être compliqué à résoudre d’un point de vue juridique et risque d’engendrer bien des contestations. Ce qui est sûr c’est que cette avenue risque de faire parler d’elle encore un long moment !