CRIT’AIR. C’est le nom de la nouvelle pastille écologique qui deviendra obligatoire à compter de ce lundi 16 janvier. Si elle est préconisée dans tout l’hexagone, elle ne sera exigée que pour circuler dans la capitale française et Grenoble. Son but, réguler la circulation afin de limiter les risques de pollution, et donc faire de Paris la première Zone de Circulation Restreinte (ZCR). A ce jour, selon Le Monde, plus d’un demi-million de vignettes ont déjà été commandées (www.certificat-air.gouv.fr) par les utilisateurs de la voirie francilienne. D’un coût de 4,18 euros, celle-ci, divisée en 6 catégories (selon la motorisation et l’année de la première immatriculation), permettra aux véhicules d’être identifiés selon leur niveau de pollution. En période de pics, seuls les moins polluants d’entre eux seront alors autorisés à sillonner les routes de Paris et de sa petite couronne.

Et si les détenteurs de véhicules (4 roues) immatriculés avant 1997, ainsi que les conducteurs de deux roues immatriculés avant 2000, ont déjà interdiction formelle de circuler dans la capitale, une amende allant de 68 à 135 euros se chargera de dissuader les plus polluant. Et alors que, dans le département, des questions se posent déjà sur la qualité des transports et de la voirie, nul doute que cette nouvelle mesure en offusquera plus d’un.

Le projet RER D créé la fracture.

Les routes essonniennes sont-elles bien entretenues ?