Dans le monde, 1 décès sur 6 est causé par la pollution. Ce chiffre, repris par les militants de la « Marche des cobayes » en dit long sur la situation sanitaire mondiale qui ne fait qu’empirer. Soutenue par plus d’une centaine d’associations et d’élus, la « Marche des cobayes » compte bien se faire entendre par les pouvoirs publics et a notamment lancé une pétition en ligne rassemblant plus de 20 000 signatures. Et c’est le 1er mai dernier à Fos-sur-Mer dans les Bouches-du-Rhône que le mouvement a commencé.

Marseille, Grenoble, Lyon, Tours, Montargis, … ce sont au total près de 60 villes françaises qui accueillent la marche. Au programme : des rencontres autour de thématiques environnementales avec des habitants, des élus et des associations.

Objectifs ? Dénoncer le poids des lobbys agroalimentaires et pharmaceutiques qui « s’infiltrent dans les évaluations scientifiques » et révéler les risques encourus par des salariés exposés aux rejets chimiques sur leur lieu de travail et par toutes les autres victimes dites « cobayes » de la crise sanitaire. Pour Camille Lambert, l’une des organisatrices de la marche, l’essentiel du mouvement vise à « rendre visibles les victimes des pesticides, des OGM,… parce qu’elles sont très souvent isolées. Mais aussi aller à la rencontre des revendications locales et échanger avec les personnes qui agissent pour l’environnement »

Une étape en Essonne

Avant leur arrivée à Paris le 30 juin (où une grande mobilisation est prévue) et à Bruxelles les 1er et 2 juillet prochains, c’est au tour de l’Essonne d’accueillir les « marcheurs » qui débarquent en force ce mercredi pour « exiger le droit à un air sain, une alimentation saine et une médecine saine », précisent-ils sur leur site internet.

A 13 heures, les militants partent de Saint Pierre-du-Perray en direction du Centre hospitalier Sud Francilien de Corbeil-Essonnes, où une rencontre avec les délégués syndicaux de Sud 91 est prévue. Puis, à 17 heures, une visite du centre de géothermie de Grigny est organisée par la mairie, avant une rencontre à Fleury-Mérogis en présence d’associations locales venues débattre autour du thème des scandales sanitaires. Enfin, à 19 heures, les « cobayes » se réunissent à la salle Aguado d’Evry où se tient une soirée autour de l’aménagement du territoire et de l’environnement. Plusieurs associations doivent intervenir, à l’image de « Saclay Citoyen », « Terres et cités » ou du « Collectif Non à Europa city ».