Le secteur du Plateau de Saclay est en pleine expansion : de grandes entreprises, des universités et de nombreux logements et commerces vont sortir de terre dans les prochaines années. Parmi tous les projets en cours, pas moins de dix programmes de logements étudiants sont en construction ou vont l’être prochainement. Des projets majeurs pour des villes comme Gif-sur-Yvette ou Palaiseau qui vont accueillir chacune pas moins de 2 000 nouveaux logements étudiants dans les prochaines années, en plus de ceux existants sur des campus comme Polytechnique (1 500 logements étudiants).

Au sein de cette véritable « Ville nouvelle » en devenir sur la frange sud du Plateau, les aménageurs espèrent créer de la vie, faire venir des familles, y implanter des activités et y bâtir un certain nombre d’équipements. Le métro 18 y est attendu pour 2024.

L’autre volonté est d’accompagner le développement de l’université Paris-Saclay et ses composantes, afin de créer un pôle étudiant fort en lien avec l’arrivée d’établissements sur le Plateau (Centrale, ENSAE, ENS, Mines-Télécom, instituts de l’université Paris-Sud…). Dès 2012, l’établissement public (EPPS devenu EPA Paris-Saclay) s’est doté d’une charte « habiter le campus », qui fait la part belle à la diversité des logements étudiants, leurs services et espaces associés. L’objectif : donner envie d’habiter sur le Plateau, créer des lieux de « sociabilité » et miser sur la « mutualisation » des lieux.

Les logements étudiants : une « nécessité » pour Palaiseau

C’est ainsi que plusieurs programmes immobiliers de résidences étudiantes sont en chantier ou ne vont pas tarder à l’être. Du côté du Moulon, le promoteur Linkcity, une filiale de Bouygues construction, devrait livrer dans les prochains mois son complexe dénommé ‘Serendicity’, une petit village étudiants de 900 lits. Les étudiants seront répartis entre de petits logements et de la colocation, au sein de pavillons circulaires situés au milieu d’un parc paysager. Doté de plusieurs espaces communs, le site se situera à proximité immédiate de CentraleSupelec. Le Moulon accueillera aussi deux résidences du CROUS (321 logements livrés en 2017 et 425 logements en 2018), et une résidence étudiante privée (224 logements en 2018). Au deuxième semestre 2017 doit aussi débuter le vaste chantier Dream/Altarea, un programme de 75 000 mètres carrés de logements, services et commerces qui comprendra une résidence de 175 logements étudiants.

Côté Palaiseau, dans la ZAC de Polytechnique, le quartier dit de la Vauve verra d’ici la fin de l’année l’ouverture d’une résidence sociale de l’ARPEJ (étudiants, apprentis) de 330 lits. Le CROUS ouvrira aussi une résidence de 307 logements en 2018, tandis qu’une résidence sociale pour jeunes travailleurs de 270 logements verra le jour en 2019. A cela s’ajoute une résidence  privée de 305 logements étudiants annoncée pour 2018. Un programme de 408 logements étudiants privés accolés à une résidence de type ‘appart-hôtel’ est quant à lui lancé, avec une première pierre posée le 7 décembre dernier.

Ce qui constitue un atout essentiel pour la ville de Palaiseau comme le déclare le maire de la commune, Grégoire de Lasteyrie, « C’est une nécessité, on a tout intérêt à proposer des logements étudiants sur Palaiseau, nous avons les meilleurs établissements du pays. Ce projet est une réponse supplémentaire aux besoins du territoire, un cadre de vie et des conditions d’accueil optimales sur tous les plans. » Selon l’Etat et les élus, le pôle scientifique et technologique du Plateau, appelé également « cluster », sera possible et durable avec la présence du métro 18, mais également avec une offre de logements adaptés : « il faut permettre aux étudiants d’habiter ici, c’est une condition impérative pour que le site fasse campus, et avoir une résidence étudiante mixte. » Même son de cloche pour les différents promoteurs impliqués dans les opérations en cours. Le directeur des travaux de Bouygues Immobiliers, en charge du programme mixte logements-appart’hôtel sur La Vauve, affirme que des projets comme celui-ci, « il y en a un par siècle, et grâce à cela on sort des logements étudiants habituels qui ressemblent à des cages à poules ». Le site de 14 000 mètres carrés proposera des chambres individuelles ou des collocations de maximum cinq chambres. Une cafétéria, un espace détente et des commerces doivent garnir les lieux, qui comptera également une résidence de transit type appart-hôtel gérée par Adagio.

La question de l’accueil des étudiants sur le campus est affichée comme une priorité par l’Etat, comme l’affirme Chantal Castelnot, sous-préfète de l’Essonne, « le but est de créer un cluster scientifique, à terme cela représentera 65 000 étudiants. En Ile-de-France, 54% des étudiants rencontrent des problèmes pour se loger, c’est donc un sujet majeur et l’état a une grande ambition sur ce territoire ». Ce campus urbain qui se dessine de jour en jour espère ainsi devenir un cluster de renommée internationale.

Notre dossier sur le Plateau de Saclay (abonnés)