Les sirènes vont retentir, dans le périmètre de 2,5 kms autour du site du CEA Saclay, à l’occasion d’un nouvel exercice de sécurité civile. Les autorités organisent tous les 5 ans ce genre d’évènement grandeur nature, pour mettre à jour et tester toute la chaine d’information et d’intervention en cas de crise nucléaire.

Les habitants situés dans le périmètre du PPI – Plan particulier d’intervention – autour du CEA et ses Installations nucléaires de base (INB), sont ceux des communes de Saint-Aubin, Villiers-le-Bâcle, le Bourg de Saclay ainsi que le plateau du Moulon à Gif. Chaque foyer dispose de consignes de confinement, et même de pastilles d’iodes, dans le cas du pire scénario envisagé au sein des réacteurs exploités par le CEA et l’entreprise Cis Bio international : un « accident majeur » entrainant « un rejet de produits radioactifs dans l’environnement ». « Même si le risque est très faible » rappellent plusieurs mairies aux riverains.

Les habitants ne sont cependant pas concernés par cet exercice, qui vise surtout à mettre à l’épreuve le niveau de préparation des différents services de secours et de l’Etat, personnel du CEA, pompiers, forces de l’ordre et sécurité civile. L’autorité de sûreté nucléaire (ASN), et la préfecture de l’Essonne supervisent l’opération. L’exercice se déroulera mardi et mercredi de 9h30 à 17h00. « N’ayez pas d’inquiétude si les sirènes se mettent à sonner » informe ainsi la commune de Saint-Aubin auprès de ses habitants.

Car les règles sont strictes pour ce site sensible de recherche et de production de radioéléments qu’est le CEA. Le moindre dysfonctionnement est relevé et classifié, et l’exercice prévoit tout un dispositif avec déploiement autour de la zone de 2,5 kms, installation d’un PC pour les mesures de radioactivité, des procédures de confinement au sein des laboratoires alentours comme des écoles. « Il s’agit ainsi d’expérimenter, en réel, la réponse des pouvoirs publics pour protéger au mieux les riverains » précise la mairie de Saclay, pour qui même si « cette simulation ne prévoit pas la participation réelle des populations et n’entraînera ni la prise réelle de pastille d’iode, ni de confinement, ni de perturbation pour la circulation », elle permettra surtout de « rappeler la conduite à tenir en cas d’accident réel ».