Et bonne santé ! 2017 n’y manque pas, la désertification médicale est bien là. Plusieurs médecins vont se retrouver sans locaux où exercer d’ici quelques mois, car même si la date de la fermeture n’est pas annoncée, elle ne saurait tarder. Sur sa devanture, trône une pancarte depuis mi-décembre : « Fermeture de la Maison Médicale courant 2017 ». Le personnel explique que « nous ne sommes plus aux normes concernant les personnes handicapées. Depuis cinq ans, nous avions plusieurs projets de proposés mais aucun n’a abouti, on se retrouve coincé ». En effet, la maison médicale est une ancienne maison et les escaliers ne sont pas adaptés. De plus, il serait quasiment impossible de la mettre aux normes. La loi concernant l’accessibilité des personnes handicapées remonte à 2005 et stipule que  » les établissements existants recevant du public et les transports collectifs ont dix ans pour se mettre en conformité avec la loi », donc jusqu’en 2015.  Deux possibilités ; soit la mairie et le personnel devront reconstruire une maison médicale aux normes, soit le personnel sera réparti dans les autres locaux du département.

Une décision prise par les médecins

Le choix de cette fermeture vient des praticiens qui ne peuvent plus exercer correctement leur profession dans ces locaux. Quinze médecins, c’est le nombre qu’ils sont à Bondoufle et dont les habitants vont être en grande partie privés d’ici peu si rien ne change. Cette mauvaise nouvelle révolte les Bondouflois qui sont scandalisés que leur lieu de santé ferme sans que personne ne fasse quelque chose. La majorité des généralistes de la commune exerce actuellement dans la Maison médicale.

Une pétition a été lancée pour sauver l’établissement. « Nous voulons préserver ce service de proximité dont dispose la ville » écrivent les instigateurs de cette pétition. Suite à cette annonce, de nombreux habitants déplorent cette fermeture prochaine : « Je me fais soigner là-bas, nous sommes scandalisés que personne ne bouge pour défendre ce service », annonce l’une, tandis que quelqu’un d’autre écrit poétiquement qu’« une partie de l’âme de Bondoufle s’en ira si la maison médicale s’en va ». Beaucoup rejette la faute sur l’équipe municipale qui ne « ferait rien pour aider la structure ». Contacté par Essonne Info, le maire de la ville, Jean Hartz, explique que « la médecine n’est pas une compétence municipale et qu’il s’agit d’un bâtiment privé donc nous ne pouvons pas changer la donne mais nous cherchons des solutions avec les praticiens ». Pour lui, il faudrait trouver un accord avec l’entreprise qui rachèterait le bâtiment et mettrait le rez-de-chaussée aux normes. Mais pour l’instant, tout cela reste à l’état des suppositions.

Pour l’intérêt général

Des désaccords subsistent entre les praticiens et même avec la mairie. Certains médecins déclarent que « la mairie a laissé traîner les projets depuis cinq ans » et ignorent ce qu’ils feront dans un avenir proche. D’autres en revanche souhaitent travailler ensemble, « nous voulons, la ville et les praticiens, agir pour le bien être des citoyens et réfléchir ensemble aux solutions et aux possibilités pour l’après » déclare le maire. Ce mercredi 5 janvier, une réunion est prévue avec les médecins qui souhaitent rester sur Bondoufle pour évaluer les choix qui s’offrent à eux. Pour le moment, la date de la fermeture n’est pas fixée et la solution n’est pas encore trouvée. Une chose est sûre : les médecins n’abandonneront pas leurs patients, la ville non plus. Le bâtiment actuel sera sans doute revendu et peut-être que l’équipe restante en trouvera un nouveau pour accueillir comme il se doit ses patients. Quoi qu’il en soit, les Bondouflois ont à cœur de garder leur équipe médicale et vont suivre de très près les décisions qui vont être prises dans les prochains mois.