Source d’émerveillement pour les plus petits et d’admiration pour les grands, la maison et son jardin brillent de mille feux pour le plus grand bonheur des spectateurs, des passants mais également du propriétaire lui-même : « Je suis fier et très agréablement surpris, je suis même reconnu dans les magasins maintenant !  ». Inutile de retenir le numéro de la rue, il est quasi-impossible de louper la maison que vous cherchez ! Si plusieurs bâtisses sont admirablement décorées dans le quartier, aucune n’égale celle de Jean-Michel David, dont les scintillements et illuminations se repèrent du bout de la rue. Tous les jours de 17h30 à 21h30, jusqu’au 5 janvier, vous êtes invités à venir découvrir les quelques centaines de décorations que Jean-Michel David a disposées autour de sa maison ainsi que dans son jardin. Si l’extérieur attire de nombreux curieux, l’intérieur n’a rien à lui envier. En passant la porte d’entrée, la beauté des lumières dans la nuit laisse place à un univers enchanteur. Ici, les grands laissent tout stress et anxiété à la porte pour retrouver leur candeur et leur âme d’enfant face à une crèche enchanteresse. De leur côté, vos chères têtes blondes en ressortiront émerveillées à coup sûr. Un bonheur que ce couple prend plaisir à partager : « Le but c’est de faire plaisir, de partager avec un maximum de monde et tout cela gratuitement, c’est le cœur qui parle ».

Il aura fallu 45 jours exactement pour la mise en place de toutes ces décorations de Noël, contre un mois entier l’année dernière. Depuis le 2 décembre, plus de 5 000 visiteurs se sont rendus sur place pour goûter à l’ambiance merveilleuse de l’endroit. En effet, la maison est victime de son succès : une légère file d’attente se forme régulièrement devant la porte d’entrée. Heureusement, l’attente vous paraitra bien courte grâce aux plaisanteries du propriétaire. Il se plaît à accueillir tous les curieux : « Ma compagne et moi-même vivons des moments extraordinaires grâce à tout cela, on a fait de belles rencontres, c’est la magie de Noël et je suis ravi de tout ce qui arrive  ». Toutefois, les 447 transformateurs n’auraient peut-être pas pu alimenter ces 400 guirlandes si Jean-Michel David n’avait pas fait face à l’un de ces anciens « démons », la cigarette : « J’ai arrêté de fumer il y a cinq ans. Je me suis fait un virement permanent de ce que je fumais par mois, ce qui a, en partie, constitué mon budget guirlandes !  ». Au fil des discussions qu’il engage avec ses visiteurs, on l’entend s’excuser des petites minutes d’attente : « Notre cœur est grand mais notre maison est petite, s’amuse-t-il, pour que tout le monde puisse voir la crèche, nous ne pouvons faire rentrer les gens que par 5 ou 6 à la fois ».

 « Je n’ai pas voulu en mettre plein la vue, j’ai voulu en mettre plein les yeux »

La reconnaissance des visiteurs, les félicitations de nombreux inconnus sur les réseaux sociaux : la magie de Noël opère et les retours sont positifs, ce qui ne manque pas d’émouvoir Jean-Michel David : « Ces rencontres font partie des meilleurs moments de ma vie, d’autant que nous vivons des moments difficiles, ma compagne étant atteinte de la maladie de Charcot, une maladie neurodégénérative. Elle se réjouit de voir autant de monde. Ça montre que même dans l’adversité, dans la maladie, on est toujours debout ». Si Jean-Michel s’occupe seul des décorations, Nadine fait également partie de l’aventure à sa manière : elle vous accueille avec beaucoup de bienveillance au sein de son foyer. De plus, en vous rendant dans le salon de ces deux âmes sœurs aux grands cœurs, vous pourrez profiter de son talent de peintre en admirant ses très jolies œuvres accrochées au mur. Et ce n’est pas tout ! Si les mains de Jean-Michel ont permis d’installer la crèche, c’est Nadine qui en est à l’origine : « Ma compagne, c’est mon metteur en scène ».

Des décorations féeriques, une crèche fournie et amusante, des petits présents distribués aux enfants (livres, peluches et chocolats)… Tous les ingrédients sont réunis pour obtenir un menu gourmand qui laisse un goût de revenez-y : «  Je n’ai pas voulu en mettre plein la vue, j’ai voulu en mettre plein les yeux ». S’il décore allègrement sa maison depuis près de 8 ans déjà, cela ne fait que trois années qu’il a ouvert le portail de jardin au public et deux ans seulement qu’il permet de découvrir sa crèche intérieure.