Le syndicat s’inquiète de la proposition de Sunwing d’embaucher des pilotes étrangers temporaires.

MONTRÉAL – Un syndicat s’inquiète de la proposition de Sunwing d’embaucher des travailleurs étrangers temporaires pour remédier à la pénurie de pilotes au Canada en prévision de la vague de voyages de l’hiver, car la compagnie aérienne n’a pas fait assez pour attirer des employés locaux.

Unifor, qui représente 16 000 membres dans l’ensemble du secteur de l’aviation au Canada, a déclaré mardi que Sunwing n’a pas fait assez pour combler les postes ouverts localement ou investir dans des programmes de formation pour les pilotes canadiens.

« Pour attirer les pilotes qui sont dans ce pays, pour leur donner envie de venir voler chez Sunwing, ils recherchent un salaire, une sécurité d’emploi, un avenir avec une compagnie aérienne spécifique et je ne pense pas que Sunwing en ait fait assez « , a déclaré Barret Armann, président de la section locale 7378 d’Unifor.

Une offre d’emploi pour les pilotes de Sunwing proposait aux pilotes étrangers temporaires d’Europe un taux fixe de 9 500 $ US par mois, comparativement aux copilotes canadiens qui se voient offrir 5 500 $ US par mois, tout en exigeant moins d’expérience de vol, a déclaré M. Armann.

Il a déclaré que l’embauche de travailleurs étrangers temporaires pour des périodes plus courtes finira par coûter plus cher à la compagnie aérienne à long terme.

Sunwing a dénoncé les allégations du syndicat selon lesquelles la compagnie aérienne engage des travailleurs étrangers temporaires comme alternative moins coûteuse aux pilotes nationaux.

Les affirmations de la section locale 7378 d’Unifor selon lesquelles Sunwing Airlines prévoit d’embaucher des pilotes étrangers saisonniers comme  » solution de rechange moins coûteuse  » à l’embauche de pilotes canadiens sont catégoriquement fausses « , a déclaré Len Corrado, président de Sunwing, dans une déclaration envoyée par courriel.

Lire aussi:  M. Legault s'excuse d'avoir dit que le racisme contre les autochtones à l'hôpital était "réglé".

M. Corrado a déclaré que la demande de Sunwing d’embaucher un « petit nombre » de pilotes étrangers dans le cadre du programme canadien de travailleurs étrangers temporaires permettrait à la compagnie aérienne de répondre aux demandes de personnel pour les voyages pendant la saison hivernale.

La semaine dernière, le président de l’Air Line Pilots Association Canada, Tim Perry, a déclaré aux députés lors d’une réunion d’un comité parlementaire que les compagnies aériennes ne font pas assez pour retenir les pilotes parce qu’ils ont refusé d’augmenter leur salaire.

Il a déclaré que les compagnies aériennes s’appuient sur des travailleurs étrangers temporaires pour combler le manque d’emploi, ce qui peut soulever des inquiétudes quant à la formation et à la sécurité et peut miner le processus de négociation collective dans son ensemble.

Sunwing prévoit d’embaucher environ 65 pilotes étrangers temporaires cet hiver, a déclaré Unifor dans un communiqué de presse.

Le syndicat a déclaré qu’il n’a pas été informé si une évaluation des risques liés à l’utilisation de pilotes étrangers temporaires a été effectuée conformément aux normes canadiennes du travail.

En réponse, le président de Sunwing a déclaré qu' »il est irresponsable de la part du syndicat de remettre en question les qualifications des pilotes étrangers dans le cadre du programme des travailleurs étrangers temporaires et la sécurité des opérations, étant donné que le programme des travailleurs étrangers temporaires et l’industrie aéronautique canadienne sont hautement réglementés ».

M. Corrado a déclaré que tout membre d’équipage supplémentaire doit satisfaire à toutes les exigences et normes réglementaires établies par Transports Canada et que toute autre allégation faite par le syndicat à cet égard sera vigoureusement défendue.

Lire aussi:  Le Québec va faire appel d'une décision qui a été saluée comme une victoire dans la lutte contre le profilage racial

Lors d’une audience d’un comité parlementaire lundi, Kaylie Tiessen, représentante nationale d’Unifor, a déclaré que le syndicat ne s’oppose pas aux pilotes étrangers tant qu’un emploi permanent est offert à ceux qui feraient partie de la main-d’œuvre canadienne et pourraient bénéficier de la convention collective et des protections générales offertes à la plupart des travailleurs au Canada.

Transports Canada n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires.

Ce rapport de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 1er novembre 2022.

A propos de Fleury 3604 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*