Un juge québécois accorde une injonction provisoire pour stopper le projet de McGill en raison des préoccupations des Mohawks.

MONTRÉAL – Un juge de la Cour supérieure du Québec a ordonné l’arrêt temporaire des travaux d’excavation dans le cadre d’un important projet de l’Université McGill, après qu’un groupe autochtone ait exprimé des inquiétudes quant à la possibilité de tombes non marquées.

Le juge Gregory Moore a accordé l’injonction provisoire jeudi en fin de journée à la suite d’une demande d’un groupe d’aînés de Kahnawake connu sous le nom de Mères Mohawk.

Kimberly R. Murray, l’interlocutrice spéciale indépendante nommée par le gouvernement fédéral pour les enfants disparus et les sépultures non marquées, a déclaré dans une interview vendredi que le juge a demandé aux parties de préparer un plan pour une fouille des terrains à la recherche de sépultures non marquées.

Les Mères Mohawk ont intenté une action en justice en mars contre McGill et la Société québécoise des infrastructures, un organisme provincial qui soutient les projets d’infrastructures publiques.

Lors d’une audience cette semaine, les avocats représentant McGill et la société d’infrastructure ont soutenu qu’il n’y avait aucune preuve de l’existence de tombes non marquées sur le site ou à proximité de l’ancien hôpital Royal Victoria, que McGill prévoit de transformer en un centre de recherche, d’enseignement et d’apprentissage.

Les Mohawk Mothers ont affirmé avoir découvert des preuves grâce à des entretiens avec un survivant des expériences de contrôle mental MK-Ultra menées dans les années 1950 et 1960 par le Dr Ewen Cameron à l’Allan Memorial Institute sur le terrain du Royal Victoria.

Murray, qui a demandé le statut d’intervenant dans l’affaire en août, a déclaré que le juge a accepté sa demande et qu’elle participera aux sessions de conférence et aux réunions avec les parties.

Lire aussi:  Ce parti québécois veut un impôt sur la fortune, et tout le Canada devrait s'y rallier.

L’Université McGill a refusé de commenter et a renvoyé toutes les questions à la société d’infrastructure provinciale, qui n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaire.

Ce rapport de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 28 octobre 2022.

Ce reportage a été réalisé avec l’aide financière de la bourse d’information Meta et Canadian Press.

A propos de Fleury 3776 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*