Le CAC Brétigny : c’est reparti ! Jusqu’à 2014, le lieu brétignolais était l’unique centre d’art contemporain conventionné avec l’Etat présent en Essonne. Fermé fin 2014 suite au départ de son ancien directeur, Pierre Bal-Blanc, il perdait de fait son conventionnement, le lieu et sa direction artistique étant intimement liés pour obtenir le label de centre d’art contemporain (lire notre article – novembre 2014). Attenant au théâtre de Brétigny, l’espace fonctionnait depuis à minima, avec une exposition permanente disponible pour le public.

Cet équipement qui appartient désormais à la nouvelle agglomération Coeur d’Essonne renaît de ses cendres, puisque le recrutement d’un nouveau directeur et d’une équipe a été organisé courant 2016. Après Xavier Franceschi (1991–2002) et Pierre Bal-Blanc (2003–2014), Céline Poulin devient la troisième directrice du CAC Brétigny. Commissaire indépendante depuis 2004, elle a travaillé au sein de plusieurs centres d’art, comme chargée de publics à Ivry, ou de la programmation hors-les-murs au Parc Saint Léger, à côté de Nevers.

C’est donc à la tête du Centre d’art contemporain de Brétigny que la nouvelle directrice entend proposer « une réflexion sur l’art, mais qui ne sera pas limitée à l’espace » du lieu, explique-t-elle à Essonne Info. A quelques heures du lancement de sa programmation (l’exposition collective Jump avec vernissage ce samedi 19 novembre à 17h), Céline Poulin livre quelques explications sur le projet qu’elle porte à trois ans :

Ce projet est dans la continuité des précédentes directions. Nous allons nous interroger sur l’endroit, la relation à ce territoire à la fois urbain et rural, proche et loin de Paris, réfléchir à ses usages. Nous voulons le penser comme un lieu de vie, y impliquer des artistes ainsi que d’autres acteurs, comme des chercheurs, y favoriser des pratiques de co-création en impliquant des non-artistes dans les démarches de création.

Le centre d’art contemporain programme et produit des artistes contemporains, qui bénéficient de l’espace comme d’un lieu de création, avant de proposer leur travail dans la cadre d’expositions et de performances. Le tout sous une thématique qui sera déroulée tout au long de la saison. « C’est un mouvement annuel » illustre Céline Poulin, « comme un thème musical, il y a l’ouverture, le solo, en l’occurence cette année un duo d’artistes, et un final ». Cette saison sera donc marquée par plusieurs expositions, celle qui débute samedi du nom de Jump se déroulera jusqu’au 22 janvier, « je la considère comme un chant de distorsion, avec des voix multiples, une polyphonie en quelques sortes » indique la directrice du CAC en référence aux différents artistes intégrés dans le dispositif d’exposition. Une exposition « vocale » sera ensuite ouverte le 4 février. Entre-temps, des workshops et ateliers, notamment durant les vacances de Noël, doivent permettre au public de s’approprier le travail des artistes. Différents partenariats sur le territoire seront aussi noués selon sa volonté. Pour la programmatrice, « ce sont des oeuvres qui ont pour objectif d’offrir une autre vision du monde, adressée au spectateur, mais pas que… ». A voir maintenant si le public sera sensible à ce nouveau départ pour le Centre d’art contemporain de Brétigny.