En ce moment, elle cristallise l’actualité et les débats. Et cela risque de durer encore quelques jours. En effet, ce dimanche 20 novembre, les électeurs qui le souhaitent pourront aller voter dans le cadre de la primaire des Républicains. Pour ce faire, plus de 10 200 bureaux de vote seront ouverts ce dimanche 20 novembre en France, ainsi que le 27 novembre, date du second tour, dans le cas où aucun candidat n’aurait pas obtenu plus de 50% des suffrages. L’Essonne n’est pas en reste. Ce dimanche, pas moins de 177 bureaux de vote seront ouverts. « L’objectif affiché en mars dernier est atteint, se satisfait Laure Darcos qui préside depuis six mois la commission départementale d’organisation de la primaire. Ces derniers sont répartis dans un peu plus de 100 communes du département ». 104 communes sur les 196 que compte le département pour être plus précis. Cette spécificité a demandé une organisation particulière, car outre l’approvisionnement des différents bureaux en bulletins aux noms des sept candidats (Juppé, Copé, Fillon, Sarkozy, Poisson, Le Maire ou encore l’Essonnienne Nathalie Kosciusko-Morizet) il a fallu créer de nouvelles listes électorales. « Dans la majeure partie des cas, les listes regroupent cinq à dix bureaux de vote traditionnels », commente Laure Darcos.

La droite se prépare pour son scrutin inédit

Aujourd’hui ce travail est fait. Les membres des instances du comité d’organisation de la primaire peaufinent les derniers détails. « Ces derniers jours, nous avons fait des réunions pour fixer le déroulement des deux tours avec les présidents de bureau et leurs ascenseurs dans l’ensemble des dix circonscriptions de l’Essonne. A chaque fois, nous avons réussi à sensibiliser plus de cent personnes », se félicite celle qui entérinait la phase de réunion ce mercredi soir du côté de Boutigny-sur-Essonne. D’autant plus que celle-ci exprimait en mars dernier ses craintes de réunir les 900 bénévoles pour gérer les 177 bureaux de vote du département. Aujourd’hui, cela est loin derrière elle. « Nous disposons actuellement de 1 200 à 1 300 personnes, parmi lesquelles figurent notamment des gens de sensibilité du centre, UDI ou MoDem. À défaut d’être présents parmi les candidats, ils participent quand même à cette primaire qui à la base est celle de la droite et du centre », ironise Laure Darcos.

Tout est donc fin prêt pour garantir aux votants que tout se déroulera dans les meilleures conditions possible. Seul « hic » aux yeux de Laure Darcos : faire en sorte que les votants trouvent leur bureau de vote sans trop de difficulté. « C’est la chose qui me tracasse le plus, confesse cette dernière. Pour cela, les personnes doivent se rendre sur le site de la primaire (www.primaire2016.org) ». L’objectif étant de faire aussi bien, voire mieux que la primaire de la gauche de 2011, qui avait fait se déplacer plus de 60 000 personnes en Essonne.

Les votes se feront les dimanches 20 et 27 novembre, de 8h à 19h. Une fois votre bureau identifié, il vous faudra signer la charte de la primaire le jour du vote. Il faudra enfin débourser 2€ pour pouvoir glisser son bulletin dans l’urne.