Le député-maire de Yerres et désormais candidat à l’élection présidentielle a lancé sa campagne, en vue de récolter les 500 signatures nécessaires pour se présenter au scrutin de 2012. Il s’en est expliqué à la rédaction d’Essonne Info.

L’élu commence sa campagne de parrainage par ses premiers soutiens recueillis en 2007. Par des déplacements en région et dans les départements de région parisienne, Nicolas Dupont-Aignan compte « fédérer les parrains de la dernière fois » et assure recevoir « un bon accueil » lors de ses déplacements. Confiant, le maire de Yerres pense atteindre cette fois-ci les 500 parrainages, et concourir lors du scrutin de 2012.

Sur ses ambitions, le président du mouvement Debout la République (DLR) parle de sa campagne personnelle, mais également des « 450 à 500 candidats labellisés DLR » pour les législatives suivant la présidentielle. « Je veux inscrire notre mouvement dans le paysage » indique Nicolas Dupont-Aignan. Sur la campagne à proprement parlé, il annonce qu’il réalisera un travail « avec les moyens du bord » , entendre par là avec les 800 000 euros prévus par l’Etat pour les frais de campagne et la mobilisation de donateurs.

Critique envers l’UMP, le député de l’Essonne se verrait bien combler « l’espace politique » qui manque selon lui pour ceux qui reconnaissent des valeurs du gaullisme. « L’UMP n’a pas de sens car pas de projet sinon le maintien au pouvoir » déclare-t-il. NDA voit ainsi dans sa démarche un « retour aux idées » et un moyen de réhabiliter « les notions de République et de nation » , qui selon lui, « ne doivent pas être laissées au FN » .