Depuis septembre dernier, la rentrée scolaire a un goût amer pour les élèves, leurs parents ainsi que pour le corps enseignant du lycée Clément Ader, à Athis-Mons. Jusqu’au début du mois de novembre, il manquait encore six professeurs. Les postes n’ayant simplement pas été pourvus, les élèves se retrouvent privés de plusieurs matières différentes comme notamment l’éco-gestion qui représente 10 heures de cours par semaine, les sciences industrielles de l’ingénieur et de l’énergie dont les cours doivent être dispensés pendant 18 heures chaque semaine ou encore la mécanique qui compte également 18 heures hebdomadaires. En tout, cela pourrait représenter 93 heures de cours non-assurées chaque semaine. Une absence prolongée qui inquiète les élèves mais également leurs parents, dont Cécile Trellu s’est faite porte-parole : « Au lycée, tous les niveaux sont touchés de la seconde jusqu’à la terminale, voire jusqu’au BTS. On se retrouve avec des enfants qui préparent un Bac pro d’électrotechnique, sans professeur d’électrotechnique… C’est affolant ». La présidente de la Fédération des Conseils de Parents d’Élèves (FCPE) du lycée Clément Ader a bien tenté d’éclaircir la situation en écrivant de nombreux courriers aux élus locaux ou nationaux comme la ministre de l’Education, la présidente de la Région Île-de-France ou encore l’Académie de Versailles. À ce jour, les seules réponses obtenues auront été de simples accusés de réception.

Près de 93 heures de cours non-assurées chaque semaine

Une situation totalement « scandaleuse » pour Christine Rodier, la maire d’Athis-Mons : « On a des jeunes qui ont parfois deux heures de cours dans la journée et qui, après, sont livrés à eux-mêmes. C’est inacceptable ». Outrée par la situation et le manque d’investissement du gouvernement, la maire a tenu à exprimer tout son soutien aux élèves et leurs familles qu’elle estime « complètement abandonnées par l’Éducation nationale  ». Après avoir reçu la FCPE du lycée en question, Christine Rodier n’a pas caché son intention de tirer la sonnette d’alarme à son tour auprès d’élus locaux comme notamment Valérie Pécresse présidente de la région IDF.

Heureusement, le problème semble peu à peu se résoudre. Alors qu’un professeur de sciences économiques et sociales est arrivé le 3 novembre dernier, l’Académie de Versailles a également annoncé la venue d’un professeur d’éco-gestion le 9 novembre dernier, ainsi que la prise de poste d’un professeur de maintenance industrielle prévue au cours de cette semaine. Cependant, si la situation semble s’améliorer, trois postes sont encore à pourvoir. De plus, aucune information n’a encore été divulguée au sujet des presque 800 heures de cours qui n’ont pas pu être assurées depuis la rentrée scolaire. Le lycée Clément Ader se prépare également à un nouveau coup dur puisque deux départs en retraite sont prévus durant l’année scolaire dont un dès le mois de décembre. Exaspérée, la FCPE du lycée d’Athis-Mons prévoit d’organiser une manifestation devant le lycée, menaçant même d’en bloquer l’entrée si la situation ne change pas rapidement.