13h30 ce samedi 29 octobre, le parvis de la mairie de Saintry-sur-Seine se rempli peu à peu de monde. Une quarantaine de personnes est sur place, et cela n’est qu’un début. Car plus les minutes s’égrainent, plus cette foule grandit. Cela afflue de partout, si bien qu’une demi-heure plus tard, la place est noire de monde. Entre 150 et 200 personnes sont maintenant devant la mairie. Une partie d’entre elles arborent des tee-shirts blancs sur lesquels sont dessinées des licornes roses. « C’est l’animal préféré de Lisa », lancent deux jeunes femmes, portant fièrement ce maillot. « Lisa », c’est le prénom qui circule dans toutes les bouches. C’est d’ailleurs « la raison » de ce rassemblement. « Nous sommes tous là pour soutenir Lisa et sa famille dans son combat contre la maladie ». Par ces mots, Natacha Mézière, une Saintryenne, renseigne sur l’état de santé de cette jeune fille de quatorze ans. « Il s’agit de ma nièce. Nous avons découvert au printemps qu’elle était atteinte d’une forme de cancer rare, poursuit Natacha. C’est pourquoi j’ai décidé d’organiser ce rassemblement, suivi d’une marche dans les rues de la ville. Ça lui apporte beaucoup ».

« On a une autre vision de la vie »

L’émotion était donc palpable ce samedi après-midi sur le parvis de la mairie de Saintry-sur-Seine. Elle le devient encore plus au moment de l’arrivée de jeune Lisa, aux alentours de 14h. Entourée de sa mère, son père et de ses proches, la jeune femme fait son entrée sur la place en fauteuil roulant. Un large sourire illumine son visage, les yeux brillants, signe de la vive émotion qu’elle a ressentie en voyant ce monde. « Je suis très émue, avoue-t-elle avec beaucoup de pudeur entre deux embrassades. Cela me procure beaucoup de joie ». Un sentiment que partage sa mère, Stéphanie, visiblement dans le même état émotif que sa fille. « C’est beaucoup d’émotion. Ça nous réconforte vraiment. Depuis l’officialisation du diagnostic en avril dernier, on voit la vie différemment, on a même une autre vision de la vie, explique Stéphanie. Pour Lisa et pour nous, ce sont des événements comme ceux-là qui nous portent et qui nous permettent de continuer à nous battre ».

Les quelques 200 personnes ont quitté la mairie pour se rendre plus d'un kilomètre plus loin à la salle des fêtes (JL/EI)

Les quelques 200 personnes ont quitté la mairie pour se rendre plus d’un kilomètre plus loin à la salle des fêtes (JL/EI)

Depuis le début d’année, le quotidien de l’adolescente de quatorze ans a bien changé. Cela fait maintenant dix mois qu’elle fréquente les hôpitaux pour se soigner. « Elle a d’abord été opérée d’une tumeur bénigne au tibia en janvier. Des examens complémentaires ont révélé qu’elle était atteinte au niveau de l’os », résume avec gravité sa mère. Un cancer rare, répondant au nom d’ostéosarcome a alors été détecté. Une maladie peu répandue « qui touche surtout les jeunes de 10 à 20 ans, et généralement plus des garçons », précise Natacha. S’en est alors suivi une phase de chimiothérapie sur Bordeaux – ville qu’elle habite depuis quelques années maintenant – et surtout une greffe osseuse au niveau de son tibia atteint le 28 juillet dernier. « La greffe commence à prendre », confirment ses proches. Voilà donc pourquoi cet événement a vu le jour. Impossible pour la jeune femme de mettre de côté ses souffrances, mais au moins, cela aura eu le mérite de lui « changer les idées et de lui remonter le moral », assure sa tante Natacha.

La mise en place d’une vraie chaîne de solidarité

Mais ce rassemblement, suivi de cette marche, n’a pas pour unique but soutenir moralement Lisa et sa famille. « J’ai choisi de sensibiliser les gens sur le cancer chez l’enfant », raconte Natacha. Celle-ci avait d’ailleurs préparé des panneaux explicatifs sur la maladie qui touche Lisa, mais aussi sur cette question plus large du cancer infantile au sein de la salle des fêtes communale, mise à disposition par la ville. « Quand j’ai appris le drame que vivait cette famille, je leur ai immédiatement donné mon autorisation pour organiser cette marche et je leur ai laissé la salle Corot. C’est une belle mobilisation, nous devons tous être solidaires », confie la maire de Saintry-sur-Seine, Martine Cartau-Oury.

À l’issue de cette après-midi, une collecte de dons a été organisée. En tout, 2 840 euros ont été récoltés. 1 465 € vont être reversés à l’Institut Gustave Roussy pour la recherche des cancers de l’enfant, 685 € vont être destinés à l’association des Blouses Roses de Bordeaux, qui suit Lisa de près et 690 € iront à l’association SOS Gourmandises. « C’est Lisa qui a décidé des bénéficiaires de ces dons », résume sa tante.

La marche est maintenant terminée, mais le combat de Lisa continue. Sa famille assure que d’autres événements de la sorte suivront dans les prochaines semaines. Pour suivre de plus près l’histoire de cette jeune femme, rendez-vous sur la page Facebook Lisa et les Licornes.