« Il a toutes les qualités pour être un grand champion. Il est capable de battre n’importe qui », lançait Gérard Babin, responsable au club FLAM 91, juste avant le deuxième tour de Walide Khyar ce samedi après-midi. Si le talent du champion n’est pas à remettre en cause, c’est un gros coup derrière la tête que vient de prendre ce dernier. Pour ses premiers Jeux Olympiques à seulement 20 ans, l’Essonnien n’a pas su se hisser au-delà du 2e tour. Facile vainqueur du Palestinien Simon Yacoub lors du premier tour, le Franco-Marocain s’est fait surprendre dans les toutes dernières secondes de sa rencontre face au Brésilien Felipe Kitadai, médaillé de bronze à Londres en 2012. « On va certainement dire que c’est un manque d’expérience, mais le judo c’est très aléatoire. Il a eu le combat à sa main pendant 5 minutes. Il va avoir une grande frustration », s’attriste Gérard Babin.

Tout juste médaillé d’Or lors des championnats d’Europe (-60kg) disputés à Kazan en Avril dernier, Walide Khyar quitte donc ses premiers JO bien plus prématurément qu’espéré. Mais s’il a vu ses premières chances de médaille olympique s’envoler, nul doute que le jeune judoka licencié au FLAM 91 en aura d’autres. A lui d’engranger l’expérience nécessaire avant les prochains JO prévus dans 4 ans à Tokyo. En attendant, d’autres Essonniens tenteront de faire vibrer la France lors de ces JO de Rio, à l’instar du judoka Kylian Le Boulch (-66kg), dès ce dimanche.