Un hôpital de Montréal s’adresse aux patients autochtones en ajoutant de la bannique aux plateaux-repas

MONTRÉAL – L’expérience d’un patient qui ne voulait pas manger parce que les repas lui rappelaient les pensionnats indiens a incité un hôpital de Montréal à offrir du pain bannock à ses patients autochtones.

Julie Woodfine, infirmière de liaison en psychiatrie au Centre universitaire de santé McGill, a déclaré que l’idée a germé après qu’un patient cri de 69 ans de Chisasibi ait été hospitalisé après avoir subi une opération du cancer.

« J’ai travaillé plusieurs années dans le nord », a déclaré Mme Woodfine lors d’une interview cette semaine. « Je connais un peu le régime alimentaire des Premières nations et des Inuits. Et je savais que la bannique était un élément très important de leur alimentation. C’est leur pain traditionnel, et c’est aussi un type d’aliment réconfortant. »

La Dre Marie-Josée Brouillette, psychiatre à l’hôpital, a déclaré que le patient George Matches a informé le personnel de l’hôpital l’automne dernier qu’il refusait de manger parce que la nourriture de l’hôpital lui rappelait des souvenirs du pensionnat.

« Nous nous sentions mal. Je ne savais pas que la nourriture pouvait être un sujet aussi lourd de conséquences », a déclaré Mme Brouillette. « Et qu’en fait, le simple fait d’essayer de nourrir un patient crée une expérience qui lui rappelle un traumatisme. »

Mme Woodfine a déclaré qu’avant d’approcher l’hôpital avec son idée d’inclure de la nourriture traditionnelle pour les patients indigènes, elle a consulté les interprètes indigènes de l’hôpital pour obtenir leur avis.

Ensuite, Mme Woodfine a contacté Maryse Fournier, responsable des services alimentaires de l’hôpital, afin de concevoir la recette idéale pour les patients.

« Nous avons contacté nos partenaires, et ils ont été super sympas. Ils ont partagé quelques recettes. Nous avons également contacté le Centre régional de santé de Thunder Bay, en Ontario, qui a déjà ajouté la bannique pour l’offrir à ses patients. Mais nous sommes le premier hôpital au Québec à le faire », a déclaré M. Fournier lors d’une interview.

Lire aussi:  Le chien de garde de la police du Québec enquête sur la mort d'un homme qui a fui la police quelques heures après son interpellation.

L’équipe des services alimentaires a étudié 10 recettes, analysant les ingrédients, les restrictions alimentaires, l’équipement nécessaire à la fabrication du pain et la possibilité d’intégrer le bannock dans une grande cuisine de production.

« Nous avons organisé des panels de dégustation. Nous avons eu la chance d’avoir des interprètes des Premières nations ….. Nous avons eu quelques psychiatres qui se sont également joints à nous. Nous avons tous testé les recettes, et nous les avons tous aimées », a déclaré Fournier.

La plupart des communautés indigènes du Canada ont une version du bannock. Par exemple, les Inuits l’appellent palauga, tandis que les Mi’kmaqs le connaissent sous le nom de luskinikn. Pour l’instant, le bannock n’est préparé que deux fois par semaine, et le personnel de l’hôpital donne la priorité au pain destiné aux patients autochtones.

Nakuset, fondateur de Resilience Montréal, un centre d’accueil de jour à but non lucratif au service des communautés des Premières Nations de Montréal, a qualifié l’initiative de bonne première étape.

Elle a dit que de nombreuses personnes des communautés autochtones du Québec viennent à Montréal pour des soins de santé, mais qu’il y a beaucoup d’appréhensions parce qu’elles craignent la discrimination et l’isolement dans le système de santé de la province.

« Je pense que les gens qui doivent voyager et venir dans les hôpitaux ici à Montréal, ils pourraient être très anxieux et inquiets, et imaginer qu’on leur serve du bannock », a-t-elle dit. « C’est comme, wow, c’est vraiment ancré, parce que c’est quelque chose de leur culture, et cela va transformer cette expérience en une expérience positive. »

Lire aussi:  L'Université Concordia présente des excuses à la communauté noire pour son histoire de racisme

Matches est décédé en janvier. Mais ses quatre filles, Elizabeth, Dinah, June et Nancy Matches, ont déclaré à la EssonneInfo par courriel qu’elles étaient honorées que l’hôpital ait lancé cette initiative en raison de leur père.

« Nous, les filles de George Matches, tenons à remercier le CUSM d’avoir permis aux Autochtones qui y sont hospitalisés d’avoir un petit quelque chose de chez eux « , ont-elles déclaré.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 22 octobre 2022.

Ce reportage a été réalisé avec l’aide financière de la bourse d’information Meta et Canadian Press.

A propos de Fleury 3553 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*