Son objectif est de lancer un « food bike » – comprenez un vélo-restaurant – dédié au hot-dog. Ce pari ambitieux, c’est celui d’un habitant d’Evry, Ruben Djagoue. Celui-ci a d’ailleurs plusieurs cordes à son arc, réalisateur de court-métrage et organisateur d’événements liés à la vidéo, il veut désormais conquérir l’Essonne, et pourquoi pas la France, avec son concept rafraîchissant de hot-dog.

Voilà plusieurs mois qu’il a lancé Beny’s hot dog, un atelier itinérant de dégustation du fameux sandwich inventé aux Etats-Unis. C’est en voyageant au Danemark que Ruben Djagoue s’est rendu compte que le hot-dog était au goût du jour pour de nombreux aficionados de street-food, désireux de manger quelque chose de simple, bon et efficace. Il décide d’importer l’idée et créé son propre concept, inspiré des traditionnelles recettes américaines, sans oublier sa touche personnelle.

D’abord testé dans sa ville d’Evry, il participe avec son concept de hot-dog à différents événements, proposant ses sandwichs avec saucisses et sauces, ainsi que des ingrédients particuliers comme des concombres ou des oignons frits. On le retrouve ainsi lors d’avant-premières au cinéma de l’Agora, à une rencontre d’entrepreneurs et un événement à la CCI de l’Essonne, tout comme dans un gala de basketball. Il s’invite même dans le studio de la radio Skyrock pour le showcase du rappeur Niska. On peut également croiser Ruben Djagoue et son équipe dans certains lieux de la commune lorsqu’une petite faim arrive…

Pour le nom, « Beny’s hot dog », qui vient du surnom de son créateur, celui-ci espère bien l’inscrire dans la tête de tous ses soutiens, et ceux qui suivent de plus loin le projet. C’est pourquoi il a décidé de lancer une opération de crowdfunding, ou financement participatif, sur la plateforme KissKissBankBank, pour se faire construire un food bike qui lui permettra de proposer ses hot-dogs au plus grand nombre. Son premier objectif de 5000 euros atteint, il s’agit désormais pour Beny’s hot-dog de récolter 500 voire 1000 euros de plus, afin de compléter le food bike avec une remorque et une assistance électrique pour le vélo.

« Ce projet me ressemble car il permet d’exprimer toute ma créativité pour améliorer chaque jour mon concept, aussi bien dans les recettes de hot dogs que dans les différents modes de distribution de street food que je développe » explique le jeune entrepreneur, qui promet de dévoiler son vélo hot-dog dès la rentrée. Il espère bien à terme obtenir un emplacement à Evry « bien que je n’ai pas encore démarché » confie-t-il, au niveau de la mairie ou bien vers l’université, pour proposer ses hot-dogs au plus grand nombre. En attendant, il continue à louer ses services pour des événements privés, comme pour la Caf de Seine-Saint-Denis à la fin du mois.