« J’ai 19 ans et je viens tout juste de décrocher mon bac scientifique. Désormais, j’aimerai suivre des études d’audiovisuel dans le but de devenir cadreur ou JRI (Ndlr : journaliste reporter d’images) ». Voilà en deux mots comment se décrit Willy Hubentz, un jeune essonnien originaire de Sainte-Geneviève-des-Bois. « J’ai grandi et je vis toujours dans le quartier Pergaud, précise celui-ci. J’en suis particulièrement fier ».

Ce jeune homme a indirectement fait l’actualité début juin. En effet, de nombreuses personnes ont déjà pu voir et apprécier son travail, puisqu’il a été l’auteur d’une des vidéos qui a le plus tourné sur la toile dernièrement. Une vidéo qui a la particularité d’être prise du ciel à l’aide d’un drone, réalisée en marge des derniers épisodes de crue qui ont touché le département. Les images qu’il a tournées, notamment de Juvisy, de Draveil ou encore de Viry-Châtillon en proie à la montée des eaux ont été vues plusieurs milliers de fois, dépassant même les 80 000 vues sur sa page Facebook. « Pour cette vidéo, je n’ai tourné que pendant une dizaine de minutes. Le montage quant à lui m’en a pris vingt », affirme Willy Hubentz. Un travail vite fait et surtout bien fait. C’est en tout cas le constat qu’en a fait la presse allemande. Cette dernière l’a notamment contacté pour que ses images soient diffusées outre-Rhin. « Je ne sais pas à quelle fin elles ont servi. Dans tous les cas, je ne m’y attendais pas du tout », souffle le jeune homme, presque sur un ton gêné. Car le Génovéfain n’a pas pour habitude de se mettre en avant. « La vidéo est avant tout une passion pour moi. Je suis dans une logique de partage », complète ce dernier.

De la photographie à la vidéo aérienne

Une « passion », c’est le mot. Car Willy Hubentz n’en était pas à sa première expérience. « J’en ai déjà tourné plusieurs dizaines », confirme l’intéressé. Car il faut dire qu’à 19 ans, le jeune homme n’a pas perdu de temps. Passionné par le secteur de l’audiovisuel, le récent bachelier a débuté son immersion dans ce milieu il y déjà bien longtemps. « J’ai commencé à m’intéresser à tout cela vers l’âge de 10–12 ans. Au départ, il ne s’agissait que de photographie », commente Willy Hubentz. Ses premières photos « toutes simples », mettaient en scène sa famille ou encore des animaux. Mais au fur et à mesure, cette passion s’est affirmée, notamment grâce au concours de l’un de ses amis, un certain Franck. « C’est un photographe à qui j’ai racheté mon appareil actuel, un 7D. Il a tout appris sur le tas, et je m’en inspire souvent », lâche le jeune homme également autodidacte.

La photo n’est toutefois pas le seul centre d’intérêt du Génovéfain, qui s’est donc lancé dans la réalisation de vidéo, tout d’abord par le biais de time-lapse, ces vidéos ultra accélérées, réalisées image par image sur des durées longues. Puis, c’est vers le drone que s’est tourné Willy. « J’ai eu mon premier drone avant qu’il y ait l’engouement que tout le monde connaît autour de ces engins ». Un appareil « rapide à prendre en main », selon le jeune homme, qui lui permet désormais de prendre des images vues du ciel. Équipé d’une caméra d’une résolution de 2,7k, le drone est contrôlé depuis le sol par Willy qui voit en direct les images filmées par le drone sur une tablette fixée sur la télécommande. « C’est du super matériel, confirme le jeune homme. Le seul inconvénient, c’est la durée de la batterie. Je ne dispose que de quelques dizaines de minutes. Bref, je n’ai pas le droit à l’erreur. Mais de toute façon, mes plans sont toujours calculés », explique-t-il.

Le fidèle drone de Willy en action (JL/EI)

Le fidèle drone de Willy en action (JL/EI)

Soigneusement rangé dans un bloc de polystyrène que le jeune Essonnien a conçu lui-même, le drone lui a ainsi permis de se faire remarquer pour ses vues aériennes. Car sous ses airs de vidéaste amateur, il a déjà tout d’un pro.

Filmer l’Essonne autrement

Outre cette fameuse vidéo de la crue de la Seine à hauteur de Juvisy, le drone du jeune habitant de Sainte-Geneviève-des-Bois a déjà survolé nombre de monuments ou de sites du patrimoine essonnien. Des sites comme le domaine de Chamarande, le parc de Villeroy de Mennecy, la commune du Plessis-Pâté, les lacs de Brétigny-sur-Orge ou encore le donjon de Sainte-Geneviève ont déjà vu passer l’appareil du jeune homme de 19 ans au-dessus de leur tête. « Je souhaite mettre l’Essonne à l’honneur, assure ce dernier. On a énormément de monuments à mettre en valeur ici. Quand j’aurai une voiture, je pourrai en faire plus ! ».

Mais le but recherché par Willy Hubentz n’est pas forcément de « filmer uniquement pour filmer ». Le vidéaste amateur se veut aussi esthète de l’image. « Artistiquement, ma plus belle vidéo est celle que j’ai faite à Cherbourg. Certes ce n’est pas en Essonne, mais le but est de rechercher de beaux plans ici aussi. En prenant ces lieux vus du ciel, on les voit d’un autre œil », note le jeune homme.

D’autres monuments ou d’autres lieux reconnaissables de l’Essonne seront donc certainement immortalisés, vus du ciel, par l’homme au drone. D’ici-là, celui-ci a d’autres projets en tête plus pressants. « Dès que je le pourrai, j’aimerais me lancer en tant qu’autoentrepreneur. Je veux monter ma boîte de production et faire en sorte que mon travail soit encore plus reconnu ». Ce projet, s’il se concrétise ne devrait pas voir le jour avant début 2017, confesse-t-il, la faute « à tout un tas de paperasses ». Mais qu’à cela ne tienne, depuis près d’un an maintenant, Willy réalise des vidéos pour le compte de la commune de Sainte-Geneviève-des-Bois. « J’avais fait une vidéo des commémorations quelques jours après le 13 novembre dans la commune, et la ville m’a contacté. Depuis, je réalise quelques séquences pour eux. Je suis un peu le vidéaste de Sainte-Geneviève », ironise-t-il. Une mise à l’étrier qui lui permet de parfaire sa formation, lui qui est sans doute l’un des précurseurs des vidéos aériennes en Essonne.

Pour découvrir d’autres vidéos réalisées par Willy Hubentz, rendez-vous sur sa page Facebook : https://m.facebook.com/willyhubentz/