Après trois jours à tenir leur piquet de grève, les salariés de la plateforme de ramassage des déchets de Wissous, appartenant au groupe ESD (Europe services déchets) semblent bien décidés à poursuivre leur mouvement. Depuis mardi matin, une majorité de la centaine de salariés du site sont en grève, ils en sont à leur 4ème jour d’arrêt de travail ce vendredi.

Au centre du conflit qui agite cette base abritant 55 camions bennes récoltant les ordures ménagères, les questions de salaires principalement, sur fond de contexte national de mobilisation contre la loi Travail (lire notre article). « Nous demandons simplement à ce que la convention collective soit respectée » résume Khalid Khadrane, délégué du personnel au sein d’ESD, « soit une mise à niveau des coefficients », en référence aux règles de la convention du Transport. « Nous revendiquons également 300 euros d’augmentation » soutient-il, « cela fait 4 ans que nous n’avons rien eu dans les NAO (négociations annuelles obligatoires) » grogne un de ses collègues.

Sans réponse de leur employeur sur ce point, les salariés grévistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, et tiennent leur piquet de grève sans pour autant effectuer un blocage du site. Un gréviste assure que « rien n’est dégradé, pas de désordre n’a eu lieu » concernant le matériel et engins de l’entreprise. L’employeur convoque tout de même en référé le délégué du personnel, qui reçoit des mains d’un administratif une convocation pour une assignation le 21 juin prochain. Des réunions du comité d’entreprise et du CHSCT ont également été prévues pour le 23 juin au sein d’ESD.

Plusieurs communes essonniennes sont concernées par cet arrêt de travail, car l’entreprise couvre notamment les communes des Portes de l’Essonne (EPT 12), Viry-Châtillon, Grigny ou Evry, ainsi que des communes comme Montlhery, Massy ou Marcoussis. Cette commune invite ainsi ses habitants à « ne pas sortir vos poubelles, containers à déchets ce vendredi, car la collecte n’aura pas lieu ». D’autres communes trouvent des solutions de secours en attendant, à l’image de Savigny, où l’entreprise chargée habituellement des encombrants pour la ville effectuait ce jeudi un ramassage des déchets types ordures ménagères.