Les habitants de Corbeil-centre et des quartiers proches de la rivière Essonne sortent pour certains épuisés des trois jours d’alerte autour de la montée de l’eau. La rivière Essonne est en crue suite aux épisodes orageux de la semaine dernière. Dès vendredi, on apprend la mise en alerte du cours d’eau, avec une montée des eaux progressive dans le sud de la vallée. Le secteur de Maisse est touché vendredi soir, puis samedi, c’est au tour de la Ferté-Alais de subir le débordement de l’Essonne. Dimanche, le niveau monte largement à Ballancourt et Itteville, et depuis ce début de semaine, l’onde de crue approche des marais de la basse vallée de l’Essonne et les secteurs urbains de Mennecy, Villabé et Corbeil-Essonnes (lire notre article).

Ce mardi, l’eau n’était que peu descendue autour de Ballancourt, Itteville et La Ferté (notre reportage). En aval, la mise en fonction du barrage d’Echarcon géré par le syndicat des eaux de l’Essonne (Siarce), a retenu quelques 600 000 M3 d’eau dans les étangs de Fontenay, Echarcon et Vert-le-Petit. Les effets de cette retenue se sont fait ressentir plus bas, puisque le centre de Corbeil a pour le moment échappé à de gros débordements. Quelque quartiers ont néanmoins souffert, avec des habitations par endroits sous les eaux. C’est le cas dans un lotissement situé à proximité de la rivière à Moulin-Galant, ou encore du côté de la gare de Robinson où des riverains subissent des remontées d’eau, comme le montre en image notre confrère de Corbeil-Infos : (vidéo des riverains de la rue Fernand Laguide).

Caves et jardins ont toutefois été inondés dans plusieurs parties de la ville et chez des commerçants. Mais l’eau de l’Essonne n’a pas complètement noyé le bas de la ville comme ce qui pouvait être craint. Une situation dont se réjouit le président du Siarce Xavier Dugoin, qui souligne ce mardi : « l’importance qu’ont revêtue dans la gestion de la crise l’existence et l’activation d’ouvrages de prévention de crue ayant démontré leur efficacité ». Chez les élus de Corbeil-Essonnes, présents dans les quartiers menacés au moment de la montée des eaux, on souffle un peu : « le plus dur est passé, l’onde de crue n’a pas trop causé de dégâts, heureusement on a évité le pire » se rassure un conseiller municipal ce mardi.

Les Corbeillois appelés à rester sur leur garde

Mais la décrue va être longue, et « l’Essonne va prendre plus de temps à s’écouler » indique-t-on au Siarce. La vigilance reste toutefois de mise en ce qui concerne l’ensemble de la vallée, et notamment l’aval. Les débits en amont restent très élevés, à hauteur de 29M3/sec au niveau du barrage d’Echarcon (mardi à 19h), contre 36M3/sec au plus fort et 1M3/sec en temps normal. Même intensité plus haut à hauteur de Ballancourt, où la station ultrason Vigiecrue relevait également 29M3/sec dans la nuit de mardi à mercredi.

Sous les Grands moulins de Corbeil, la où la rivière rejoint la Seine, le débit est resté fort ce mardi, entre 33 et 34 M3/sec relevés par le Siarce. Les riverains sont appelés par les autorités à rester sur leur garde et à contacter les permanences municipales en cas d’inondation. Une situation qui reste donc tendue, tant que la rivière est haute et le débit élevé. Ce qui va encore donner des sueurs froides aux habitants et commerçants dont certains jouent gros concernant leur activité. Dans la rue Saint-Spire à Corbeil-centre, un responsable de boite d’intérim raconte les dernières péripéties : « on a reçu un papier de la mairie, qui nous a indiqué que la rue pouvait être inondée. Donc on a surélevé les meubles, on a monté les ordinateurs à l’étage, et on a tout descendu ce matin (lundi) voyant qu’il n’y avait rien eu. On va pas s’arrêter de vivre, déjà qu’avec les écoles fermées c’est un peu la galère ».

Et quand on demande si il craint le pic de crue encore attendu :  « Non on verra bien ». Désabusé. Même sentiment chez ce gérant de brasserie, qui voit sa cave sous l’eau depuis plusieurs jours : « on pompe l’eau en bas mais on sait que ça va remonter, donc on attend ». Si les orages qui touchent l’est et le nord de la France n’ont pas encore atteint la région, les habitants de la vallée et donc de Corbeil-Essonnes vont encore voir durant plusieurs jours l’eau de la rivière à un très haut niveau. Les retenues d’eau en amont qui ont permis de faire éponger 600 000 M3 dans les marais vont aussi peu à peu s’écouler.