C’était attendu, et ça s’est confirmé. Déjà bloquées à la circulation depuis hier, les voies sur berge de Juvisy-sur-Orge étaient presque totalement sous les eaux ce vendredi matin. « Le niveau de la Seine a augmenté d’un mètre durant la nuit. Et ce n’est pas fini, informe Robin Reda, le maire de Juvisy, accoudé à la rambarde du pont qui enjambe le fleuve. On a dû fermer le pont à la circulation ». Des dizaines de passants ont ainsi pris de la hauteur pour regarder le fleuve, sorti de son lit, qui déborde de plusieurs centimètres, voire d’au moins un mètre, sur les deux rives.

A Juvisy, on recherche les derniers habitants à évacuer

Côté Juvisy, les pompiers sont à pied d’œuvre. Ils procèdent à l’évacuation des derniers riverains restés jusqu’au bout dans leur logement. Devant chaque maison, les secouristes toquent aux portes et lancent des appels. « Il y a encore quelqu’un ici ? », hurle un pompier. Parfois, il n’y a pas de réponses aux appels. D’autres fois, les rideaux bougent et laissent apparaître des riverains, quelques fois surpris de voir les pompiers. «  Je me suis installée à l’étage de ma maison. J’avais fait des courses pour tenir quelques jours, rapporte une riveraine évacuée en barque. Tant que j’avais de l’électricité et que j’avais les pieds au sec, j’étais prête à rester chez moi ». « On a ordonné l’évacuation d’une partie des maisons et des résidences, notamment les rez-de-chaussée, annonçait ce vendredi matin Robin Reda. Pour ceux qui ne pouvaient pas être relogés, des équipements sur les hauteurs de Juvisy sont prévus pour les accueillir ».

La situation ne cesse de s’empirer à Draveil

De l’autre côté de la Seine, les rues de Draveil sont entièrement sous les eaux, notamment dans le quartier du restaurant le Gibraltar. Ce dernier est partiellement inondé. Mais que dire des maisons qui jouxtent le restaurant. Celles-ci affichent plusieurs centimètres d’eau dans leur jardin. Certaines sont même entourées par plus d’un mètre d’eau.

Plus en amont, vers le second pont qui relie Draveil à Ris-Orangis, dans la rue Lucien Poussin, les habitations sont également complètement noyées. « Depuis 5h du matin on y est !  » nous confie Christelle, qui voit impuissante l’eau monter dans sa maison. « Hier à 16h, j’avais 20 cm dans mon jardin, là on est à 60 cm. Le pire c’est que ce n’est pas terminé  ». Inquiets, les habitants de la rue sont tous dehors, certains balayent un peu l’eau, sans grand changement, d’autres discutent et informent les passants curieux venus observer la Seine.

Ce vendredi, vers 4h30/5h, la police est venue taper aux portes des riverains de la rue, « ils nous ont demandé d’évacuer  » exprime un habitant. Nous avons été bien informés, mais rien n’a été fait », déplore Christelle, en nous indiquant les numéros de téléphone à composer en cas de besoin (01.69.52.79.07 et 06.30.44.93.52), reçu dans sa boîte aux lettres avant-hier. Voyant que les choses n’avançaient pas rapidement, en comparaison à l’eau, les Draveillois ont pris l’initiative d’ouvrir le champ annexe afin de faire évacuer un peu l’eau, « si nous n’avions pas fait ça, l’eau aurait pris toute la rue  », déclare un homme venu aider sa famille.

Restant sur le palier de leurs maisons, les habitants ont quand même pris leurs précautions ailleurs : « nous allons dormir dans la famille pour les quelques jours à venir, après on verra ». La mairie de Draveil, a aussi ouvert le gymnase de Mainville, dans le haut de la commune, avec plus de 150 places. Ces derniers préfèrent veiller sur leurs maisons, même si les dégâts sont inévitables.

A Viry, on évacue Châtillon

Pour ces communes, la situation n’a fait qu’empirer au fil des heures. Désormais à Juvisy, l’eau est présente dans toute une partie de la commune située entre la gare et le fleuve. Du côté de la commune de voisine de Viry-Châtillon, le maire Jean-Marie Vilain a pris la décision de faire évacuer l’ensemble du quartier de Châtillon, situé entre la voie de chemin de fer et la Seine.

« Cela concerne en tout plus d’un millier de personnes, assure le maire. C’était nécessaire » estime l’édile castelvirois déjà en alerte suite à la crue de l’Orge. Entamée peu avant midi, l’évacuation du quartier s’est poursuivie tout le long de la journée. « Pour ceux qui ne peuvent être hébergés dans leur famille ou chez des amis, des équipements communaux sont mis à disposition pour pouvoir les accueillir », conclut Jean-Marie Vilain.

Même si la Seine est déjà haute, elle pourrait rester à ce niveau encore quelques heures. La crue de l’Essonne et les précipitations prévues en amont du fleuve ce week-end pourraient empêcher une décrue rapide.

Suivez tous nos articles sur les inondations en Essonne > essonneinfo.fr/91-essonne-info/tag/inondations2016/