Nommé à ce poste en juillet 2013, le préfet Bernard Schmeltz s’en va vers d’autres cieux. Il est remplacé par Josiane Chevalier, jusque là préfète des Pyrénées Orientales. Elle devient la première femme à représenter l’Etat en Essonne.

Jeu de chaises musicales dans la haute fonction publique d’Etat. Réuni ce mercredi 20 avril, le conseil des ministres a adopté plusieurs mesures d’ordre individuel au sein de la haute administration. Après deux ans et demi de service en Essonne, Bernard Schmeltz est nommé préfet de Corse-du-sud. Il était arrivé dans le département en juillet 2013 (lire notre article), en provenance de Vendée et faisant suite à Michel Fuzeau. Il aura conduit l’action de l’Etat dans le département sans faire de vague, tentant de concilier les positions gouvernementales avec celles des élus locaux dans des dossiers comme les rythmes scolaires, l’accueil des Gens du voyage ou encore les nouvelles cartes intercommunales et des cantons.

Actuelle préfète des Pyrénées Orientales, Josiane Chevalier est appelée à le remplacer en tant que nouvelle préfète de l’Essonne. Celle-ci a débuté sa carrière en préfecture en 1981 dans l’Ain puis l’Isère, avant de travailler pour le Conseil général de ce département jusqu’en 2002. Elle est nommée cette même année sous-préfète dans la Marne, puis s’établira respectivement dans le Jura, la Savoie, Les Hauts-de-Seine, le Rhône, puis le Tarn, avant de rejoindre Perpignan en 2014.

Fait marquant, il s’agit de la première femme nommée préfète en Essonne, depuis la création du département en 1969 et 16 hommes qui se sont succédé à ce poste.