A sa décharge, le succès de son retour n’était pas couru d’avance. L’artiste, qui est passé depuis ses belles années par quelques phases douloureuses (un public qui lui tourne le dos, une dépression, et même un passage par Pôle emploi) devait, ce vendredi 15 avril, convaincre de l’intérêt d’une tournée retour.

Car le rappeur était, semble-t-il, attendu au tournant. Le concert allait-il tenir toutes ses promesses ? En tout cas, la salle de musiques actuelles fait salle comble ce soir-là. Dans la grande salle, des fans de la première heure, des trentenaires nostalgiques et des amoureux du rap, mais aussi des journalistes venus rendre compte de ce à quoi ressemble la renaissance du Doc.

« J’ai traversé toute l’Île-de-France pour venir », lance une jeune fille venue avec son groupe d’amies. Plus loin, Eddie, 26 ans, explique « qu’il n’aime pas spécialement Doc Gynéco. Mais je suis venu par curiosité, et pour accompagner mes potes. » Alors que la grande salle du Plan peine à contenir tout le monde, l’artiste se présente sur scène en toute simplicité, lunettes de soleil et sourire jusqu’aux oreilles. Le tout avec les acclamations d’un public ravi : « Bruno, Bruno ! » scande la foule.

Des gros sons et quelques surprises

Avec musique live s’il vous plaît (basse, guitare, clavier, batterie… l’impasse est faite sur les choeurs), la plupart des gros sons du répertoire du Doc y passent : Vanessa, Ma salope à moi, Viens voir le docteur… Et en prime, quelques surprises, comme une performance de Né ici version reggae (un moment plutôt sympa) et un instant très hot où le Doc fait monter sur scène une jeune fille pour un zouk des plus sensuels.

Une chaude ambiance, un peu ternie en milieu de show par un DJ set de 10 minutes – un moment de malaise, qui oscillera entre quelques sons du Ministère A.M.E.R et des miettes de classiques du rap Us – , pendant lequel le Doc et ses musiciens font une pause en coulisses.

Revenu sur scène sous les huées, le Doc ne réussira pas tout à fait, malheureusement, à se reconnecter avec son public. Ce dernier, un peu livré à lui-même, fera preuve de pas mal d’exigence jusqu’à la fin du show. Ce ne sera qu’avec les lumineuses prestations des musiciens, ajoutées à des valeurs sûres comme « Passement de jambes » et « Papa was a Rolling stone » que Doc Gynéco reprend les choses en main et que le concert se termine en une agréable bouffée de nostalgie.

Après un rappel attendu et rondement mené – Dans ma rue, repris plusieurs fois en chœur par le public, le rappeur quitte la scène avec de vrais applaudissements. Le Doc semble avoir prouvé qu’il est resté celui qu’il était il y a 20 ans. Même s’il reste un petit goût amer et que les réactions à la sortie de la salle soient mitigées, la tournée s’annonce prometteuse.