Au programme du conseil municipal de Savigny-sur-Orge, réuni ce vendredi 8 avril, le vote du budget 2016. Après un épisode 2015 resté dans les mémoires pour ses larges coupes dans les dépenses enfance et famille, la municipalité conduite par Eric Mehlhorn décide cette année d’augmenter les impôts locaux.

Pas question de reproduire les mêmes « erreurs » que l’an passé. Dans l’entourage du maire de Savigny, on évoque les problèmes de « communication » autour du vote du budget 2015 : « les habitants avaient été prévenus par une fuite dans la presse » se lamente l’un des collaborateurs du maire. Lors d’une rencontre avec des médias locaux le vendredi précédent le vote du budget prévu le lundi, Eric Mehlhorn avait détaillé les mesures prises pour rétablir les comptes de la commune : fermeture du centre de vacances vendéen, fin de la subvention à la MJC ou à la crèche familiale, etc… Le lendemain, nos confrères du Parisien rendaient publiques ces informations. ce qui provoqua aussitôt une fronde dans une large partie de la population. Pour cette année, la municipalité a choisi d’inviter la presse à une présentation du budget 2016, le matin même du vote.

Mais les principaux éléments budgétaires sont désormais connus, et la majorité (LR-DVD) soumettra au vote ce vendredi soir des délibérations qui s’annoncent d’ores-et-déjà controversées. En premier lieu desquelles celles relatives aux taux d’imposition de la commune. Le nouvel élu en charge du budget, Sebastien Benneteau, qui a pris la suite à cette fonction exposée de Jacques Pataut, proposera à ses collègues une augmentation du taux communal de taxe foncière sur le bâti qui passe de 19,69% (12,90% actuellement plus le taux intercommunal de 6,79%) à 23,55%, soit une hausse de 3,86 points. Ces 20% d’augmentation du taux communal pour la taxe foncière sur le bâti s’appliquent dès cette année. Cela correspondrait à « + 94 € d’impôt communal pour un bien d’une valeur locative moyenne de 4 886 € » commente la mairie.

1,27 millions de taxe d’habitation de plus

Outre le relèvement de cet impôt auquel sont assujettis tous les propriétaires, une hausse de la taxe d’habitation qui touche tous les résidents est à attendre, mais cette fois à l’horizon 2017. Des modifications dans les abattements de la part communale de cette taxe locale sont prévus. L’abattement général de 16% est abaissé à 10%, mais à cela s’ajoute, selon la municipalité « la création d’un abattement handicap de 10% ». Concernant les autres abattements (familles avec enfants), ceux-ci ne sont pas touchés indique la ville, qui mise sur une rentrée financière de 1,27 millions d’euros en 2017. La taxe sur le foncier non-bâti reste de son côté stable. Les Saviniens vont donc être sollicités en ces prochaines années en ce qui concerne leurs impôts locaux. Car outre les augmentations communales, s’ajoute la part départementale sur le foncier non bâti qui fait un bond de 30%.

03

Quel sera l’impact concret sur la feuille d’impôt des Saviniens? C’est ce qu’ont tenté de démêler certains habitants suite à la réunion publique de présentation du budget, que la ville organisait le 25 mars dernier à la salle des fêtes. Après la présentation de l’état des comptes qui met en lumière un manque de 1 million d’euros pour boucler l’exercice 2016, certains s’interrogent sur la situation délicate des finances communales. « Comment en est-on arrivé à un tel état de délabrement? » se demande un participant, tandis qu’un parent d’élèves reste dubitatif face aux chiffres exposés : « aujourd’hui, on ne sait pas combien d’économies vous faites, on nous a annoncé un excédent de 1,5 millions pour 2015, on a du mal à vous croire, on ne sait pas où on va ».

24 millions investis sur 4 ans

L’élu délégué aux finances va tenter de fournir des explications sur l’état des comptes et les choix budgétaires opérés. « Il y a la baisse continue des dotations de l’Etat, et une rigidité structurelle de Savigny donc il est difficile de diminuer plus les dépenses. Nous allons aussi investir 24 millions d’euros en 4 ans, notamment pour moderniser le patrimoine » indique Sebastien Benneteau, en enchaînant par certains exemples parlant : « au gymnase Coubertin, il y a des trous dans le sol, et dans certains équipements, les chaudières n’ont pas redémarré, les enfants ont du garder leur manteau ».

Le vote du budget 2015 avait donné lieu à une forte contestation des habitants de Savigny

Le vote du budget 2015 avait donné lieu à une forte contestation des habitants (JM/EI)

Pour déminer au maximum la situation et tenter de faire bonne figure auprès des habitants, cette soirée devait servir à présenter les différentes options budgétaires qui s’offraient à la ville. Elle y a notamment préparé son discours et ses arguments auprès des quelques 150 Saviniens venus écouter les exposés. Mais cette réunion fut aussi l’occasion d’une première passe d’armes entre élus. Ce qui ne manquera pas de se reproduire ce vendredi soir lors du conseil municipal. La présence du cabinet d’audit Kopfer est ainsi soulignée par l’élu d’opposition (gauche) Jean-Marc Defrémont : « c’est la deuxième fois qu’on vous voit, la deuxième fois que c’est pour faire passer une hausse d’impôts (ndlr : en référence à 2009) » lâche l’élu durant la soirée du 25 mars, « les chiffres sont incomplets et orientés ». Et de pointer le « manque de dynamisme » de la municipalité dans la recherche d’autres recettes, s’adressant cette fois au maire et son équipe : « c’est une situation où vous nous avez mis. M. Mehlhorn, vous êtes comptable de la hausse de 29% au Département, où allez-vous arrêter? Pour les Saviniens c’est une triple-peine, double augmentation d’impôts et baisse des services ».

Rendez-vous dans deux ans?

Autre élu d’opposition (UDI), David Fabre embraye pour sa part sur « cette hausse historique des impôts ». Il pointe une situation plus globalement délicate pour la commune : « le nombre de maisons à vendre dans Savigny, c’est préoccupant ». La ville devrait s’atteler selon lui à aller en quête de « ressources nouvelles » car à l’en croire, « si on continue comme ça, dans deux ans on réaugmente les impôts ». « Pour cette gestion là, dans le privé, vous allez en prison » n’hésite pas à lancer un habitant remonté, au maire. L’élu au finances répond ensuite à ces piques : « vous nous dites, on ne sait pas où on va, mais ce n’est jamais de gaieté de cœur que l’on s’embarque dans des fermetures de services, et les impôts, ce n’est jamais sympathique ».

« Ici, c’est le dialogue avec les Saviniens, pas le conseil municipal » lance au bout d’un moment le maire, qui conclura ensuite les débats. Réagissant après coup sur les critiques émises à son encontre, Eric Mehlhorn se montre confiant sur la suite du processus : « on est dans de la démocratie locale, l’année prochaine on fera le même exercice, et le cabinet Kopfer reviendra. On prend toutes les mesures pour dégager assez d’autofinancement, il fallait arrêter hémorragie » poursuit l’édile, revenant sur le précédent budget, « salutaire » en rapport à celui de 2016 : « est-ce qu’on continue à réduire les dépenses? ». Le choix de jouer sur les recettes fiscales est donc entériné du côté de la majorité.

Cette gestion ne manquera pas d’être critiquée du côté des élus d’opposition lors du conseil de ce vendredi 8 avril. Jean-Marc Defrémont relève pour sa part qu’Eric Melhlorn « a beaucoup désendetté depuis 2 ans, mais c’est beaucoup trop car il manque aujourd’hui 1 million. Sur les hausses d’impôts, l’impact moyen d’un foyer sera de 200 à 400 euros pour les propriétaires habitants « . « L’équipe municipale est amorphe, incapable de trouver des solutions et de négocier avec l’EPT (la nouvelle intercommunalité au sein de la Métropole) » tacle de son côté David Fabre, « ce n’est même pas politique, ils n’ont aucune vision à moyen-terme ». Du côté de la ville, on se défend et on rappelle qu’une partie des hausses « est artificielle et liée aux reversements de la métropole » et que les tarifs municipaux sont cette année « stabilisés ».