En vue de la primaire à droite qui se tiendra les 20 et 27 novembre, les départements de France s’organisent pour mener à bien ce scrutin inédit. En Essonne, c’est la conseillère départementale Laure Darcos qui a hérité de l’organisation de cette primaire. Un scrutin qui sera d’ailleurs ouvert à tous.

Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé, Hervé Mariton… bref, les prétendants à l’investiture Les Républicains en vue de la présidentielle de 2017 sont déjà nombreux. « Pour le moment, ils sont neuf. Sans oublier ceux qui ne se sont pas encore déclarés et qui pourraient le faire dans les prochaines semaines, parmi lesquels l’ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy », résume Laure Darcos. La compagne de l’ancien ministre de l’Education Nationale préside depuis cette semaine la commission départementale d’organisation de la primaire qui se tiendra les 20 et 27 novembre prochain. Nommée par Thierry Solère, député (LR) des Hauts-de-Seine et surtout président du comité d’organisation de la primaire de la droite et du centre au niveau national, celle-ci a pris connaissance de sa nouvelle tâche en février. « J’ai été choisie en partie, car je n’ai jamais pris parti pour aucun candidat même si je les connais tous très bien, explique Laure Darcos. Ils ont confiance en ma neutralité ».

La mission de cette dernière est donc d’organiser pour le mieux les primaires de novembre prochain en Essonne. « C’est une tâche pas si simple que cela pour nous, car c’est la première fois que nous procédons de la sorte », reprend la présidente de la commission.

Un scrutin ouvert à tous

Pour cela, celle qui est aussi conseillère départementale va être épaulée dans cette mission par un comité qu’elle a elle-même constitué. Un comité au sein duquel siègent d’office Stéphane Beaudet et Grégoire de Lasteyrie, respectivement président et secrétaire départemental de la section 91 des Républicains. « J’ai fait appel à Jacques Lebigre, l’ancien secrétaire de la fédération pour sa connaissance de la politique départementale », assure la présidente de la commission. Les autres membres sont choisis selon leur mouvance. « J’ai eu le souci de choisir un soutien essonnien pour chaque candidat », présente Laure Darcos. Ainsi, Alexandre Touzet pour Alain Juppé, Isabelle Perdereau pour François Fillon, Robin Reda pour Bruno Le Maire, Sophie Godar pour NKM, Patrice Souama pour Hervé Mariton, composent ce bureau. « J’y ai rajouté un représentant de la sensibilité de Nicolas Sarkozy également, en la personne de Laurent Béteille », énonce Laure Darcos. Dix membres siègent donc dans cette commission qui peut encore accueillir cinq autres membres. « C’est réservé pour les représentants des candidats non déclarés encore ou pour nos amis du centre, ajoute-t-elle. On ne sera pas trop de quinze pour organiser tout cela ».

Car pour une fois, il ne s’agit pas d’un scrutin fermé, comprenez uniquement réservé aux adhérents des Républicains à jour de de cotisation. En effet, cette primaire sera une élection ouverte « où tous ceux qui veulent voter pourront le faire. Les jeunes de 17 ans qui auront 18 ans au moment de l’élection présidentielle pourront aussi voter », garantit Laure Darcos.

Comment cela va-t-il se passer ? Pour cette élection particulière, « 177 bureaux de vote vont être dispatchés dans tout le département au lieu des 1 500 bureaux habituels, commente Jacques Lebigre. Des listes électorales spécifiques vont être produites par la préfecture de l’Essonne ». Un site internet a d’ailleurs été mis en place pour permettre aux potentiels votants de prendre connaissance de l’adresse de leur bureau de vote. Une fois votre bureau identifié, il vous faudra signer la charte de la primaire le jour du vote. Pour cela il vous faudra débourser 2€. « Les oraux sont faits pour décourager les gens d’autres mouvements politiques qui pourraient vouloir biaiser les résultats, assure la présidente de la commission. Les deux euros serviront à payer les bureaux de vote payants, car toutes les mairies ne nous mettent pas leurs locaux à disposition gratuitement. Le surplus sera attribué au vainqueur de la primaire et servira pour sa campagne ».

Entre 10 000 et 15 000 votants

Seulement, pour tenir ces bureaux, au moins cinq personnes sont nécessaires. « C’est là qu’est sans doute la plus grande difficulté pour nous. Il va nous falloir trouver près de 900 personnes pour tenir ces bureaux », s’inquiète Laure Darcos. Mais il faudra pourtant les réunir pour permettre à cette primaire de droite et potentiellement du centre d’avoir lieu dans les meilleures conditions. Car l’objectif de participation pour cette primaire est tout de même haut. « J’espère trois millions de votants en France, et entre 10 000 et 15 000 participants en Essonne », évoque celle qui organisera ce scrutin inédit pour la droite. « C’est un travail titanesque qui s’annonce. Il s’agit d’une vraie révolution pour nous, car nous n’aurons pas la même intendance que lors des autres scrutins où nous avions l’aide des partis. Là, nous devons tout faire seuls. C’est le défi de l’alternance », conclut Laure Darcos.

Les différents prétendants à l’investiture ont encore du temps devant eux pour confirmer ou infirmer leur candidature. Celles-ci, accompagnées de leurs parrainages, seront enregistrées entre le 9 et le 21 septembre prochain.