Après plusieurs semaines d’attente, la nouvelle agglomération Grand Paris Sud a pu élire son exécutif ce lundi 14 mars. Elle clôt ainsi le bal des installations de conseils communautaires en Essonne.

 

Ça y est ! Toutes les nouvelles intercommunalités essonniennes officiellement nées le 1er janvier dernier, suite à l’application du schéma régional de coopération intercommunale (SRCI), possèdent toutes leur propre exécutif. Ce n’était pourtant pas chose facile compte tenu des différents débats des dix-huit derniers mois. Si les créations de la Communauté Paris-Saclay ou encore de Cœur d’Essonne Agglomération se sont relativement bien passées, à quelques détails près, la situation était bien différente pour les deux dernières intercommunalités du territoire. Suspendues à des décisions émanant du Conseil d’Etat quelque peu tardives, ces deux dernières n’ont pu installer leur conseil communautaire dans les délais impartis.

Pourtant, celles-ci se sont « rattrapées » en l’espace d’une semaine. Après la communauté d’agglomération Val d’Yerres Val de Seine la semaine dernière, Grand Paris Sud a pu enfin réunir les membres du conseil ce lundi 14 mars. Réunis au sein du siège évryen, les 76 élus communautaires de cette super agglo située à cheval sur l’Essonne et la Seine-et-Marne ont procédé à l’élection de leur président. Et pour ce scrutin, seul un candidat s’est présenté aux suffrages de ces collègues élus. Il s’agit du maire d’Evry Francis Chouat.

Un parcours chaotique

Seul candidat à ce siège donc, Francis Chouat a sans surprise été élu par cette assemblée dans laquelle figure notamment deux membres du Gouvernement, à savoir Thierry Mandon, le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Manuel Valls, le Premier Ministre. Pour autant, ces deux personnalités essonniennes n’étaient pas présentes ce jour. « Monsieur Valls est retenu. Il a quelques obligations », sourit Francis Chouat, à qui le chef du Gouvernement avait donné pouvoir pour cette séance d’installation.

Finalement élu avec un total de 60 voix – 14 abstentions et 2 nuls –, l’élection de Francis Chouat met donc fin à dix-huit mois d’interrogations, de débats houleux, voire même de conflits. « Que d’étapes franchies ensemble !, s’est exprimé le président nouvellement élu. Nous sommes passés par deux années d’une construction compliquée, contestée, avec des interrogations, des avis divers mais majoritairement défavorables et des oppositions marquées ». Plusieurs recours avaient ainsi été déposés par différents élus de ce nouveau territoire comme Jean-Pierre Bechter, le maire de Corbeil-Essonnes, ou encore par Guy Geoffroy, le député-maire de Combs-la-Ville. Ce dernier avait d’ailleurs déposé une question prioritaire de constitutionnalité concernant la représentation démocratique au sein de ce nouveau conseil. « Des personnes élues démocratiquement par le peuple ne sont plus présentes dans cette assemblée. La démocratie locale a été bafouée, a rappelé le député-maire après l’élection de Francis Chouat. Nous revenons de loin, et notre chemin est encore long pour que tout ce qui nous a divisé soit mis de côté, pour que nous puissions enfin avoir une agglo avec du sens ». « La liberté d’expression, de contestation et d’opposition, y compris en empruntant les voies qui sont celles de notre démocratie et de notre Etat de droit, a été garantie et respectée. Ces recours, ces chemins judiciaires devaient être respectés parce qu’ils faisaient partie du processus » a tenu à répondre Francis Chouat, dorénavant tourné vers l’avenir de cette entité géante.

« Au boulot ! »

Malgré tout, ces moments difficiles semblent appartenir au passé. « Les deux années écoulées ont été difficiles, mais nous avons pu faire un véritable travail de défrichement, d’apprentissage effectué par des élus volontaires avec le concours actif des administrations des anciennes agglomérations, à la construction d’un accord quasi général entre nous », précise le nouveau président de Grand Paris Sud. Celui-ci a choisi de miser sur un esprit de coopération entre les 24 communes qui composent cette nouvelle agglo. « Construisons ensemble l’avenir, collectivement et au-delà des clivages politiques ». Ainsi, l’ensemble des communes siègent au bureau communautaire, composé de quinze vice-présidences et de dix-neuf postes de conseillers délégués. « Nous avons un potentiel formidable. Il n’y a maintenant plus de place pour les rancœurs », commente Guy Geoffroy, qui assure vouloir travailler dans l’intérêt des administrés. « Au boulot ! », lance simplement Jean-Pierre Bechter, l’ancien président de la délégation spéciale qui était aux commandes de l’intercommunalité depuis janvier dernier.

Au sein du bureau communautaire figurent les 24 communes de l'agglo (JL/EI)

Au sein du bureau communautaire figurent les 24 communes de l’agglo (JL/EI)

La hache de guerre semble définitivement enterrée. Cette nouvelle entité va donc pouvoir s’approprier peu à peu les différentes compétences de ce territoire qui réunit en son sein 330 000 habitants, 138 000 emplois, 131 000 logements, 18 000 entreprises, 62 parcs d’activités économiques ou encore 14 établissements d’enseignement supérieur. La question de la fiscalité sera elle aussi mise prochainement sur la table, avec le vote du premier budget en avril prochain. « Il ne faut pas oublier que le montant de la dette pour cette nouvelle agglo est égale à la moitié de celle du Département, soit 530 millions d’euros », note Jean-Pierre Bechter.

L’exécutif de Grand Paris Sud :

Président : Francis Chouat

1er vice-président : Michel Bisson en charge du développement économique, de la modernisation de l’action publique, de l’élaboration du projet de territoire, de la contractualisation, de l’élaboration du Pôle métropolitain
2ème vice-président : Jean-Pierre Bechter, Rapporteur de la Conférence financière
3ème vice-présidente : Marie-Line Pichery, en charge de la politique de la ville
4ème vice-président : Stéphane Raffalli, en charge de l’aménagement, de l’habitat et des grands projets
5ème vice-présidente : Line Magne, en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
6ème vice-président : Philippe Rio, en charge du développement durable, de la transition énergétique, du cycle de l’eau et de la biodiversité
7ème vice-président : Olivier Chaplet, en charge de la sécurité et de la prévention
8ème vice-président : Jean Hartz, en charge des ressources humaines, de la commande publique, de la coopération décentralisée et des relations internationales
9ème vice-président : René Réthoré, en charge de la culture et du patrimoine
10ème vice-président : Jean Crosnier, en charge des sports
11ème vice-président : Eric Bareille, en charge de l’emploi, de l’insertion et de la formation professionnelle
12ème vice-président : François Gros en charge des berges de Seine et des zones d’activités portuaires
13ème vice-président : Jean-Baptiste Rousseau, en charge de l’administration générale et de la prospective financière
14ème vice-président : Karl Dirat, en charge des travaux, de la voirie et des espaces publics
15ème vice-président : Stéphane Beaudet, en charge de la mobilité et des transports

Les conseillers délégués :
Philippe Jumelle, en charge de l’aménagement et du développement numérique
Catherine Aliquot-Vialat, en charge du logement et de l’urbanisme réglementaire
Yann Petel, en charge de la politique d’investissement
Thierry Lafon, en charge de l’événementiel sportif
Martine Cartau-Oury, en charge de l’événementiel économique
Alain Auzet, en charge de l’aéronautique et de l’activité aéroportuaire
Guy Rubens Duval, en charge de l’éclairage public
Farouk Alouani, en charge de la mobilisation du territoire pour l’emploi des jeunes
Bernard Bailly, en charge des achats publics
Jacky Bortoli, en charge du cycle de l’eau
Dominique Carotine, en charge de l’accessibilité et du handicap
Jean-Michel Fritz, en charge du développement du tourisme et du mécénat culturel
Laurence Hequet, en charge des solidarités
Valérie Lengard, en charge de la démocratie participative
Edith Maurin, en charge des réseaux, de l’énergie et de la Régie de l’eau
Serge Mercieca, en charge du traitement des déchets
Fatima Ogbi, en charge de la qualité des services publics et de la proximité
Françoise Savy, en charge de l’éducation
Angelo Valerii, en charge de la mutualisation et de l’évaluation des politiques publiques

Guy Geoffroy, co-président de la Conférence des maires aux côtés du Président.