Ce mercredi 9 mars, le conseil communautaire de la nouvelle communauté d’agglomération Val d’Yerres Val de Seine se réunissait pour la première fois, afin d’élire son exécutif. Sans surprise, c’est le député-maire de Yerres, Nicolas Dupont-Aignan qui s’empare de cet ensemble de 177 000 habitants.

03

C’est une élection que l’on n’attendait plus ou presque. Ce mercredi 9 mars, le conseil communautaire de la nouvelle communauté d’agglomération Val d’Yerres Val de Seine (CAVYVS) a pu enfin se réunir dans L’Astral, la salle culturelle de Montgeron. Un conseil d’installation qui intervient mi-mars, alors que la date butoir autorisée était fixée au… 29 janvier. La faute à une décision du Conseil d’Etat tardive par rapport à une question prioritaire de constitutionnalité posée par la municipalité de Draveil. « Je suis circonspect sur la façon dont le Conseil d’Etat traite ses dossiers », s’esclaffe d’ailleurs Georges Tron, le maire de la commune, opposé à ce qu’il appelle être un « mariage forcé ». Toutefois, la question de la fusion et celle des recours étant entérinée, il n’était donc plus possible de revenir sur cette union. D’où la tenue de ce premier conseil communautaire, qui a débouché sur l’élection du premier exécutif de cette nouvelle collectivité territoriale.

« Des accouchements difficiles donnent souvent de beaux bébés »

19h45 ce mercredi soir, le public est déjà bien nombreux. Le collège des élus est quant à lui clairsemé. Annoncé à 20h, le début de la séance est finalement reculé une ultime fois d’une demi-heure, afin de permettre aux retardataires victimes de la grève massive des transports de faire leur arrivée et aux dernières discussions entre les maires de se terminer. « On a déjà attendu deux mois, on peut attendre une demi-heure de plus. On n’est plus à ça près », ricanent des personnes dans l’assistance.

Après ce léger temps de latence, les 70 élus communautaires sont enfin amenés à se positionner sur l’identité du président de la CAVYVS. Grand favori de longue date, l’ancien président de l’agglo du Val d’Yerres Nicolas Dupont-Aignan se porte candidat au même titre que le socialiste Pascal Michelangeli, élu d’opposition à Epinay-sous-Sénart. « Je souhaite qu’il y ait un mode de gouvernance plus respectueux, associant les acteurs locaux au développement. Une agglo qui se développe en cohérence avec les intercommunalités voisines. Vous n’avez pas le monopole de cette agglo », a ainsi lancé Pascal Michelangeli au député-maire de Yerres. « Je crois en un périmètre, une méthode et un projet. Jamais une décision n’a été prise par le passé sans l’accord d’une commune. Nous avons toujours traité avec respect les communes. Nous élisons un facilitateur pour projeter notre territoire dans 20 ans », a répondu NDA.

Après cet échange, vient le temps du vote. Nicolas Dupont-Aignan est finalement élu sans mal sur un score de 55 voix contre 11 pour Pascal Michelangeli sur 69 votants, le reste étant des bulletins nuls. Sur l’un d’entre eux était notamment noté « Georges Tron », ce qui n’est pas sans rappeler les tensions entre les deux hommes lors de ces derniers mois à propos de la création de cette agglo. « J’essaierai d’être le meilleur président possible. Des accouchements difficiles donnent souvent de beaux bébés », a tempéré le nouveau président de cet ensemble réunissant plus de 177 000 habitants.

Chaque commune est finalement représentée par deux fois au bureau communautaire. Deux vice-présidences pour les plus grandes villes, une pour les plus petites. « On a voulu ajouter des postes de conseillers délégués pour les plus petites communes que sont Epinay-sous-Sénart, Boussy, Quincy et Crosne », note NDA. Un bureau au sein duquel siège François Durovray, le président du Conseil départemental. « C’est un moment particulier pour moi, car je suis le seul élu qui ait siégé à la fois au Val d’Yerres et à Sénart-Val de Seine avant la fusion, note-t-il. On a fini par réaliser l’idée de Laurent Béteille (Ndlr : ancien maire de Brunoy notamment) qui avait déjà mis autour de la table les neuf villes qui composent cette nouvelle intercommunalité dans la fin des années 1990 », mais sans réel succès à l’époque.

L’aspect financier bientôt réglé ?

Enfin mise sur les rails, le président de l’intercommunalité peut maintenant tracer le cap à suivre. « Notre but va être de faire en sorte de corriger nos handicaps et de valoriser nos atouts que sont notamment le respect social ou l’environnement », commente NDA. Parmi les handicaps, ce dernier identifie notamment deux points noirs : l’emploi et les transports. « Nous avons un territoire de sous-emploi », affirme Nicolas Dupont-Aignan. « C’est pourquoi il faudrait se rapprocher du bassin d’emploi d’Orly et des autres intercommunalités », répond Didier Hoeltgen, conseiller communautaire d’opposition, quelque peu méfiant de voir un ensemble se forger « seulement » autour de la Forêt de Sénart, comme peut le sous-entendre le nouveau président. « La forêt ne me semble pas assez forte pour la construction du périmètre », indique Didier Hoeltgen.

Sur le dossier des transports, l’idée de créer un nouveau franchissement sur la Seine refait surface. « Cela pourrait nous désenclaver et facilité nos déplacements », assure NDA. « Rien n’est sûr, mais c’est un projet qui pourrait être proposé dans le prochain contrat de plan Région-Département », indiquait il y a peu François Durovray à ce sujet.

Outre ces enjeux majeurs pour ce territoire, la question du fameux accord financier est dans toutes bouches. « La fiscalité et l’endettement de l’ancien Val d’Yerres est un problème majeur, souligne Georges Tron. Il faudra trouver un accord financier équilibré entre nos deux anciennes agglos. Etre juste dans la répartition des charges. Le tout sans dilapider les deniers publics ». « Nous partons de points différents en matière de dettes et d’actifs, mais je n’ai aucun doute, nous allons y arriver », garantit Nicolas Dupont-Aignan. Les conseillers communautaires y verront rapidement plus clair sur le sujet, étant donné qu’à l’ordre du jour du prochain conseil du 12 avril figure le vote du premier budget de l’exercice.

L’exécutif de la CAVYVS :

Président : Nicolas Dupont-Aignan

1er vice-président en charge des projets du territoire : François Durovray
2ème vice-président en charge du patrimoine et des travaux : Georges Tron
3ème vice-président en charge des finances : Bruno Gallier
4ème vice-président en charge de la politique de la ville : Serge Poinsot
5ème vice-président en charge de la cohésion sociale : Christine Garnier
6ème vice-président en charge de l’aménagement de l’espace communautaire : Romain Colas
7ème vice-président en charge du développement économique et emploi : Georges Pujals
8ème vice-président en charge de la culture et du sport : Mickaël Damiati
9ème vice-président en charge de l’environnement : Sylvie Carillon
10ème vice-président en charge du spectacle vivant et du tourisme : Olivier Clodong
11ème vice-président en charge des Transports : Valérie Ragot
12ème vice-président en charge du réseau, fibre, chauffage urbain : François Levasseur
13ème vice-président en charge de l’administration générale : Patrick Dubois

1er conseiller délégué des nuisances aériennes : Jacky Gérard
2ème conseiller délégué de la jeunesse : Jacqueline Fargues
3ème conseiller délégué des Forêts et liaisons vertes : Patrick Bernard
4ème conseiller délégué de l’eau : Annie Fontgarnand