Accusée de pollution aux microparticules par les représentants écologistes locaux, l’usine de recyclage Derichebourg d’Athis-Mons a dû entamer des travaux de remise en conformité de certains de ses équipements.

La santé des riverains, salariés ou même usagers qui empruntent régulièrement les quais de Seine d’Athis-Mons pourrait-elle être en danger ? « Oui », répondent les membres du groupe Europe écologie – Les Verts (EELV) du Nord-Essonne. En effet, ces derniers dressent un tableau assez sombre des activités d’une usine de recyclage, celle appartenant à l’entreprise Derichebourg. En cause ? Des microparticules d’aluminium projetées dans l’air suite aux activités opérées par la société. « L’entreprise broie de la ferraille et découpe de l’aluminium, et depuis plusieurs années, cette activité occasionne la dispersion dans l’air de micropoussières d’aluminium. Des particules qui pourraient nuire à la santé », informe David Sauvagnargues, co-responsable du groupe local d’EELV.

Des carences récurrentes ?

Installée sur les quais de Seine depuis plusieurs années, cette entreprise recycle toute sorte de produits, dont principalement des métaux ferreux et non-ferreux. Comment cette société s’est tout à coup retrouvée pointée du doigt par les militants écologistes ? « Outre les poussières d’aluminium sur les voitures et sur les bâtiments, ce qui nous a interpellés, c’est que désormais, même les employés portent des masques. Ce n’est pas anodin », souligne David Sauvagnargues.

Mais le problème le plus grave aux yeux des écologistes reste le fait que cette antenne de la société Derichebourg avait déjà fait l’objet d’un premier signalement il y a déjà deux ans pour les mêmes raisons. C’est d’ailleurs la déchèterie voisine, gérée par le SIREDOM, qui en est à l’origine. « Suite à ce signalement, des travaux de confinement des particules d’aluminium devaient être mis en œuvre. Seulement, à ce jour, les employés de la déchèterie continuent de constater un dépôt de ces poussières d’aluminium assez important », explique le membre d’EELV.

Pour toutes ces raisons, les écologistes ont demandé une « mise en demeure et une intervention en urgence pour que la société concernée se mette en conformité avec la loi ». Ces derniers ont à ce titre saisi le Préfet de l’Essonne. « Il ne faut pas oublier que les riverains proches, les usagers qui passent sur cette route, qui transitent par le RER ou encore qui travaillent à proximité, peuvent être impactés par cette pollution, relève David Sauvagnargues. Idem, il peut y avoir des retombées néfastes sur la Seine et son écosystème ».

Des travaux de mise en conformité engagés

Attaquée pour « la non-conformité de ses installations », la société a fait l’objet d’un contrôle inopiné de la part de la DRIEE, comprenez la direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie. « Ils sont passés le 15 février dernier, note Gaston Desclozeaux, le directeur de l’antenne Derichebourg d’Athis-Mons. A l’issue de ce contrôle, nous avons pris les mesures qu’il fallait pour endiguer ce problème ». La société s’est ainsi engagée pour cesser temporairement les opérations de broyage de déchets d’aluminium, et « entreprendre la réalisation de travaux de mise en conformité du système de collecte des poussières ainsi que l’installation d’une paroi en limite de propriété afin de réduire les émissions de poussières en dehors du site », rappelle la Préfecture.

Aujourd’hui, le broyeur est toujours inactif. « Les travaux d’isolation sont bientôt terminés. Ce n’est plus qu’une simple question de jours avant que les activités ne reprennent », assure le directeur du site. Celui-ci regrette pourtant la façon de faire des écologistes. « Nous sommes soucieux de la qualité de nos services. Nous sommes d’ailleurs souvent contrôlés et jamais aucune plainte de ce genre ne nous avait été remontée, résume Gaston Desclozeaux. J’aurais toutefois préféré que les représentants d’EELV se déplacent sur le site pour nous informer de cela avant de saisir le Préfet », déplore-t-il.

Suite à cette période de remise aux normes des installations, l’usine de recyclage de Derichebourg devrait reprendre l’étendue de ses activités dans les tous prochains jours. « Nous surveillerons ce dossier de près », ajoute David Sauvagnargues. « Nous les attendons s’ils veulent venir visiter le site. D’ailleurs, ils ne sont encore jamais venus », conclut Gaston Desclozeaux.