Confronté au passage de l’interconnexion sud des lignes à grande vitesse, la commune de Wissous refuse la construction d’une gare TGV sur son territoire, et demande à la SNCF de rouvrir la gare RER.

  • La municipalité de Wissous demande la réouverture de la gare RER de Wissous

Le débat public ouvert le 9 décembre, autour de l’interconnexion sud de Paris en liaisons à grandes vitesses, est l’occasion de remettre en débat certaines thématiques liées localement. D’ici le 20 mai prochain, la commission soumet trois scénarios aux acteurs publics, en ce qui concerne le maillage de notre territoire par cette ligne TGV.

  • Scénario A : Construction d’une gare TGV à l’aéroport d’Orly (94), ainsi qu’une autre à Villeneuve-Saint-Georges (94).
  • Scénario B : Utilisant la ligne à grande vitesse passant par Orly, une gare TGV éloignée de l’aéroport d’Orly serait construite, ainsi qu’une autre à Villeneuve-Saint-Georges.
  • Scénario C : Construction d’une gare TGV à l’aéroport d’Orly, à Villeneuve-Saint-Georges ainsi qu’une autre à Lieusaint-Moissy (77).

« Wissous, une commune enclavée déjà soumise à de trop nombreuses nuisances »

Bordé au nord par des lignes de chemin de fer, à l’est et au sud par les pistes de l’aéroport d’Orly et à l’ouest par les branches A et B de l’autoroute A6, Wissous est une enclave dont les habitants sont « soumis à de très importantes et très nombreuses nuisances » témoigne la municipalité dans son cahier d’acteur. Sur ce document de quatre pages, cette ville d’un peu plus de 5 000 habitants, avec le socialiste Régis Roy-Chevalier à sa tête, détaille ses positions sur ce projet d’interconnexion.

« Bien que soumis de tout côté à ces nuisances, les Wissoussiens ne disposent pas d’infrastructures de transports en commun adaptés à la taille de la population » écrit la mairie, pour étayer sa demande de réouverture de la gare SNCF (sur la ligne C du RER qui relie Paris, Pont de Rungis-Orly et Massy) de Wissous.

Cependant, la commune n’est pas disposée à accueillir sur son territoire la construction d’une nouvelle grande gare TGV (scénario B), qui relierait l’aéroport d’Orly au réseau à grande vitesse, pointant notamment le manque d’espaces de stationnements et de voies d’accès. De plus, « la localisation de la gare à cet emplacement impliquerait la fin du passage de la ligne [à grande vitesse] en souterrain » précise la commune. Un refus conforté par la SNCF et ADP (Aéroports de Paris) qui optent pour une interconnexion TGV/Avion au cœur même de l’aéroport d’Orly.

Une réunion publique organisée par la commission particulière du débat sur l’interconnexion sud des lignes à grande vitesse, se tiendra jeudi soir à Yerres. L’ensemble des acteurs du territoire pourront alors confronter leurs positions.


Agrandir le plan