Les instances du parti centriste en Essonne se sont dotées d’un nouveau président. Il s’agit du conseiller municipal d’Etampes Tarik Meziane. Agé de 48 ans, il était jusque là délégué départemental du Modem 91.

En fin d’année dernière, le président du Modem 91, Serge Gaubier, annonçait sa démission de sa fonction à la tête du parti centriste en Essonne. Elu à ce poste en 2011, il avait été reconduit dans ses fonctions en 2014. Désormais simple militant, cet élu de la commune de Grigny a passé la main ce week-end à un nouveau responsable, élu par les membres du Modem en Essonne.

150 adhérents ont pris part à ce vote qui visait à départager deux militants pour la présidence du mouvement en Essonne. Conseiller municipal d’Etampes depuis juin dernier, élu sur une liste divers-gauche, Tarik Meziane, qui était jusque là trésorier du mouvement, en devient président. Il aura la tâche de conduire le parti dans le département jusqu’au delà des scrutins présidentiels et législatifs de 2017.

Selon le nouveau président du Modem 91, son parti est bien « engagé par [ses] alliances », que ce soit au niveau local comme national. Sur ces plans, Tarik Meziane mise sur une « plus grande synergie des centres » avec l’UDI, et bien que son parti ne participera pas à la primaire de la droite, rappelle que François Bayrou, son leader, soutient la candidature d’Alain Juppé.

En Essonne, le Modem se dit solidaire de la majorité départementale et ses choix douloureux. « Nous considérons que c’est un moindre mal que cette augmentation de 29% du taux de taxe foncière » indique le nouveau président du Modem 91, qui explique par ailleurs qu’il s’appuiera pour son mandat sur les deux élues du parti au Département et à la Région, et « la quarantaine » d’élus membres du parti centriste dans les communes du 91.