Ce samedi 30 janvier, Les Républicains de l’Essonne renouvelaient leurs instances. Stéphane Beaudet, le maire de Courcouronnes a ainsi pris la tête de la fédération d’une courte tête face au sortant Georges Tron.

Stéphane Beaudet

Seulement 34 voix. Ce nombre correspond à l’écart entre Stéphane Beaudet et Georges Tron à l’issue du vote pour la présidence du parti Les Républicains de l’Essonne. Ce vote, où seuls les adhérents du parti pouvaient participer, a donc vu le maire de Courcouronnes prendre l’avantage sur le président sortant, pourtant aux commandes depuis plus d’une décennie. Sur les 1 428 bulletins exprimés, les militants ont placé Stéphane Beaudet en tête avec pas moins de 51,2% (731) face à 48,8% (697) pour son homologue draveillois.

A peine élu, ce dernier a remercié les adhérents-militants et a notamment exprimé une pensée amicale pour Georges Tron. Celui-ci estime qu’il a été « un vaillant adversaire » durant cette campagne. Le nouveau leader du parti s’est ensuite tourné vers sa nouvelle mission. « Nous ne sommes dorénavant qu’un, unis au sein de la même famille et en route vers de nouvelles conquêtes », a notamment commenté Stéphane Beaudet.

Une victoire sur le fil immédiatement saluée par une partie de la classe politique essonnienne LR et même apparentés. Outre les militants, quelques conseillers départementaux comme Dominique Echaroux, Laure Darcos, Brigitte Vermillet ou encore Sophie Rigault n’ont pas tardé à féliciter le nouveau chef des Républicains. « Nous devons maintenant être rassemblés, a ainsi assuré Sophie Rigault. Le challenge est de taille, redonner confiance en notre parti sera une lourde, mais passionnante tâche ». Le président du Conseil départemental a lui aussi félicité son nouveau chef de file.

De son côté, malgré la défaite, Georges Tron a tenu à « souhaiter toute la réussite dont nous aurons besoin dans l’exercice de sa nouvelle fonction » à son adversaire du jour. Celui-ci assure être « toujours empli de cette confiance et de cette force que j’ai essayé de vous faire partager ces dernières années ». Pour autant, l’ex-patron de l’UMP 91 fait part de son inquiétude. « Nous avons renié notre parole et nos engagements à l’égard de nos électeurs au Conseil départemental cette semaine. À mes yeux, le très faible écart de ce soir est un avertissement à ce sujet, affirme Georges Tron, avant de conclure en annonçant que « les conséquences risquent fort d’être lourdes dans les urnes ».

Outre l’élection du président de la fédération, les délégués de circonscription et les représentants au conseil national des Républicains étaient aussi nommés ce jour. Voici les résultats.

Les délégués de circonscription :

1ère circonscription : Jean-François Bayle (56,8%)
2ème circonscription: Franck Marlin (100%)
3ème circonscription: Stéphane Kutnerian (77,2%)
4ème circonscription: Jérémy Martin (100%)
5ème circonscription: Laure Darcos (69,1%)
6ème circonscription: Marc Noguès (72%)
7ème circonscription: Pascal Picard (100%)
8ème circonscription: Thomas Chazal (100%)
9ème circonscription: Patrick Barranco (87,3%)
10ème circonscription: Bernard Zunino (100%)

Les 11 représentants essonniens au conseil national :

Gabrielle Amzal (525 voix)
Julien Brunel (471 voix)
Chantal Pommereau (463 voix)
Laurence Beauvais-Gaudin (404 voix)
Isabelle Perdereau(361 voix)
Véronique Carantois (359 voix)
Nathalie Bousselet (310 voix)
Eric Breton (302 voix)
Stéphane Kutnerian (289 voix)
Laurent Sauerbach (289 voix)
Nathalie Buzy (287 voix)
Marie-Laure Degoutte (285 voix)