Test de Tower of Fantasy : une post-apocalypse de science-fiction sauvage au look d’anime

Avec Tower of Fantasy, Hotta Studio lance sur le marché le concurrent direct de Genshin Impact. Voici ce que contient ce MMORPG en monde ouvert.

Hambourg – Les animes semblent diviser la société et ne laisser que deux opinions : soit on les aime, soit on les déteste. Ceux qui se rangent plutôt dans le dernier cas peuvent skipper le test de Tower of Fantasy. Car le MMORPG free-to-play du développeur Hotta Studio et de l’éditeur Level Infinite est un jeu d’animation en monde ouvert qui n’a rien à envier à la concurrence. Il faut donc absolument aimer les graphismes. Mais qu’est-ce que la « tour imaginaire » offre de plus ?

Nom du jeu Tour de fantaisie
Release (date de première publication) 11 août 2022 (monde entier)
Publisher (éditeur) Niveau Infini
Plates-formes Android, iOS, PC
Développeur Hotta Studio
Genre MMORPG

Tower of Fantasy en test : une aventure de science-fiction post-apocalyptique aux allures de zombie

Dans Tower of Fantasy, les joueurs* se retrouvent dans un monde post-apocalyptique, des centaines d’années dans le futur. La source d’énergie de la planète Aida est l’omnium, qui est toutefois hautement toxique. Son utilisation est dangereuse en raison des radiations et deux factions se disputent donc cette source d’énergie.

Une

Au début du jeu, le joueur* doit fuir des monstres et des zombies devenus sauvages et irradiés par l’Omnium. Le personnage reçoit alors un coup sur la tête et perd la mémoire. Le joueur est ensuite plongé au cœur de l’action et doit participer aux premiers combats.

L’histoire de Tower of Fantasy s’articule autour du sauvetage d’un personnage important. Pour libérer la personne souhaitée, il faut combattre de nombreux ennemis et faire ses preuves. Cela se passe aussi bien dans le monde ouvert que dans les donjons. L’histoire de Tower of Fantasy est passionnante, mais il faut un peu de temps pour qu’elle prenne son envol. Les joueurs* doivent donc investir quelques heures avant de comprendre les tenants et aboutissants de l’histoire.

Tower of Fantasy en test : Combattre à tout va

Se battre n’est pas de trop dans Tower of Fantasy. La plupart du temps, les joueurs* doivent se battre contre plusieurs adversaires en même temps et peuvent utiliser au maximum trois armes pour cela. Chaque arme dispose d’une attaque spéciale, d’une capacité ultime et d’un type de combat particulier.

Les combats sont rapides, mais sans doute trop simples pour les « MMOistes professionnels ». Grâce à l’Aim-Assist, les hordes d’ennemis sont vaincues en un rien de temps et il suffit de taper à plusieurs reprises sur le bon bouton. La tactique n’est donc pas vraiment nécessaire dans Tower of Fantasy. Malgré tout, c’est un plaisir d’abattre les différents types d’ennemis ou d’affronter les méchants boss de fin de niveau avec d’autres joueurs*.

Un joueur affronte un PNJ dans Tower of Fantasy.

En plus de son propre personnage, on peut aussi jouer différents héros (simulacres). Mais contrairement à Genshin Impact, on n’a pas plusieurs héros dans l’équipe, on ne prend en charge qu’un seul héros ou héroïne à la fois. Les armes de chaque héros* peuvent toutefois être utilisées avec le personnage individuel. Tower of Fantasy emprunte donc ici une meilleure voie que ses concurrents. Celui qui veut utiliser son personnage individuel sophistiqué peut le faire avec toutes les armes. Mais celui qui s’est entiché d’un héros ou d’une héroïne peut aussi utiliser le simulacre à tout moment pour explorer le monde.

Lire aussi:  Hogwarts Legacy : quête exclusive sur PlayStation - libérez le "Hogsmeade maudit
Écran de simulacre de Tower of Fantasy de Shiro.

Tower of Fantasy étant un MMORPG, il n’est pas nécessaire de se battre seul. Tant que l’on ne suit pas l’histoire, on peut s’associer à d’autres joueurs* et abattre ensemble de méchants boss. Contrairement à Genshin Impact, les autres joueurs* sont présents en permanence sur le serveur et ne doivent pas être invités dans leur « propre » monde. Ceux qui le souhaitent peuvent donc se retrouver avec des amis dans Tower of Fantasy, explorer ensemble l’immense monde ouvert et tuer ensemble des boss puissants.

Tower of Fantasy en test : Le principe de Gacha ou « Loot Boxes ahoi »

Les héros, ou simulacres, ne s’obtiennent cependant pas comme ça, mais doivent être débloqués via un principe de gacha. Tower of Fantasy suit le même système que son concurrent Genshin Impact. Les Gacha peuvent être comparés à des boîtes de butin : à l’aide de noyaux d’or ou de noyaux noirs, on peut obtenir des simulacres, des armes et du matériel d’amélioration dans Tower of Fantasy.

Écran de jeu de Tower of Fantasy et principe de gacha utilisé.

Pour acheter la monnaie, les noyaux noirs et or, on peut investir de l’argent réel. Mais on peut aussi trouver les noyaux dans l’immense monde ouvert de Tower of Fantasy. Les noyaux noirs sont beaucoup plus fréquents que les noyaux d’or et permettent de débloquer des armes et du matériel. Les noyaux d’or, en revanche, sont nécessaires pour débloquer des simulacres. Ceux qui n’aiment pas les loot boxes ou le principe de la gacha ne sont donc pas les bienvenus dans Tower of Fantasy. Il n’y a pas d’autre moyen d’obtenir des armes et des simulacres.

Tower of Fantasy en test : Les commandes ne sont pas encore au point

Tower of Fantasy est actuellement disponible sur Android, iOS et PC. Malheureusement, les commandes sont encore un peu difficiles sur toutes les plates-formes. Sur PC, on remarque que le MMORPG est en fait conçu pour les smartphones ou les terminaux mobiles. On ne peut pas cliquer sur les menus, il faut souvent les balayer. Sur PC (et probablement aussi sur les téléphones portables), on peut aussi brancher une manette. Il n’y a malheureusement qu’un seul hic : jusqu’à présent, il n’était pas possible d’ouvrir le menu avec la manette, ni de faire des choix lors de conversations ou autres.

Personnage-joueur devant un lac. En arrière-plan, une grande planète rouge et les structures délabrées d'une route.

Ces petites critiques n’enlèvent rien à l’expérience de jeu. Malheureusement, le jeu présente encore souvent des ralentissements. Parfois, mon personnage était pris dans une petite boucle temporelle : Lors de certains sauts vers le bas, la séquence de saut se répétait encore et encore pendant un court moment. Mais je pouvais généralement y remédier rapidement en déplaçant le personnage. En revanche, la progression croisée est un point positif : le passage du PC au téléphone portable et inversement ne pose aucun problème. Le niveau de jeu actuel est disponible à tout moment sur tous les appareils – un rêve.

Tower of Fantasy en test : une atmosphère de science-fiction dans les meilleurs graphismes d’animation

L’atmosphère de Tower of Fantasy invite à la contemplation et peut me convaincre totalement avec son look anime. Sur PC, tout est d’une netteté et d’un aspect ravissants. Le fait qu’il y ait eu une grande catastrophe sur la planète Aida il y a quelques années, je le vois aussi visuellement à chaque coin du grand monde ouvert : des structures en ruine, des bâtiments bricolés à partir de vieilles pièces et des machines rouillées que personne n’a probablement utilisées depuis des lustres. La musique du jeu s’intègre merveilleusement bien dans l’arrière-plan et rend l’expérience de jeu encore plus immersive. La musique accompagne toujours l’environnement de manière appropriée et pourrait probablement être utilisée dans n’importe quelle vidéo lo-fi.

Lire aussi:  7 vs. Wild : Le candidat Otto manque de s'interrompre - L'épisode 1 était au bord de l'explosion
En arrière-plan, une mine (donjon) de Tower of Fantasy. En haut à droite, une grande roue éclairée, en bas à gauche, un personnage devant une épave.

Tower of Fantasy transporte graphiquement et musicalement tout ce que l’histoire promet : des éléments futuristes, des détails cyberpunk et des ruines qui s’effritent pour compléter le look post-apocalyptique. Le jeu fait bonne figure aussi bien sur le téléphone portable que sur le PC. Comme les smartphones sont beaucoup moins puissants, les développeurs ont dû réduire quelque peu l’échelle graphique. Malgré tout, Tower of Fantasy n’a pas l’air spongieux ou délavé sur les appareils mobiles.

Tower of Fantasy en test : est-ce Genshin Impact 2.0 ?

Certaines mauvaises langues prétendent que Tower of Fantasy est un pur clone de Genshin Impact. C’est bien sûr vrai à certains égards, car les deux jeux se ressemblent beaucoup. Ils ont tous deux le look caractéristique de l’anime, sont free-to-play, utilisent le principe du gacha et sont des jeux multijoueurs.

Tower of Fantasy fait toutefois fi d’une caractéristique de Genshin Impact, car dans le MMO du développeur Hotta Studio, tous les joueurs* sont déjà visibles et disponibles dans le monde. Le résultat : Tower of Fantasy donne un foyer à l’idée de MMO. Car au lieu de devoir inviter péniblement des joueurs*, on peut interagir à tout moment avec tous les joueurs* présents. Au lieu de cela, il y a une agitation constante dans le monde ouvert, qui semble ainsi encore plus animé.

Dans Genshin, en revanche, il faut d’abord inviter ses coéquipiers dans son propre monde. Dans Tower of Fantasy, grâce au chat inter-serveurs, il est beaucoup plus facile de trouver des coéquipiers pour affronter ensemble des boss difficiles. Je préfère également le principe du simulacre, car il n’est pas obligatoire. À la place, je peux toujours jouer mon propre personnage avec les armes que j’ai choisies.

Tower of Fantasy en test : Conclusion – MMORPG d’animation pittoresque pour débutants*.

Avant de comprendre l’histoire de Tower of Fantasy, il faut plusieurs heures de jeu. Mais l’histoire n’a qu’une importance limitée dans un MMORPG, c’est pourquoi cela ne nuit pas au plaisir de jouer. En revanche, les combats sont rapides et divertissants – même s’ils sont plutôt destinés aux débutants*, car grâce à l’auto-aim, il faut rarement viser. Les coups sont donc garantis. Mais cela ne diminue en rien le plaisir de jeu et Tower of Fantasy est donc parfait pour jouer en toute décontraction, que ce soit à la maison ou en déplacement.

+ Véritable MMORPG – Défaut partiel
+ Beaux graphismes d’animation avec des influences cyberpunk – Les commandes de la manette ne sont pas encore au point
+ Changement de plateforme facile
+ Monde ouvert immersif

Les graphismes de Tower of Fantasy sont une petite merveille et me convainquent par leur look classique d’anime, parsemé d’éléments cyberpunk et dystopiques. La musique accompagne elle aussi idéalement l’expérience de jeu et me transporte directement dans la salle de jeu de la célèbre fille lo-fi. Tower of Fantasy vaut donc en tout cas le coup d’œil et n’a pas à se cacher derrière Genshin Impact.

A propos de Fleury 3553 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*