La liste des 23 conseillers régionaux du département est maintenant connue. Les candidats de Valérie Pécresse remportent 13 sièges, 7 pour ceux de Claude Bartolone et 3 pour ceux de Wallerand de Saint-Just.

Ça y est, il n’y a maintenant plus de doute. Même si les résultats de chacun ont évolué au fil de la nuit du 13 au 14 décembre, on connaît désormais l’identité des conseillers régionaux essonniens. La tendance qui se dégageait pendant la nuit a finalement été la bonne. Sur les 23 conseillers régionaux venant de l’Essonne, la liste d’union de la droite rafle ainsi 13 sièges, tandis que l’union de la gauche en décroche 7, les 3 derniers allant vers les élus du Front National.

Ce ratio aurait pu bouger durant la nuit. En effet, l’écart initial présenté aux alentours de minuit par les services préfectoraux annonçait une différence de 27 voix en faveur de la liste conduite par Valérie Pécresse. Toutefois, pendant la nuit, quatre nouvelles voix sont venues grossir le résultat obtenu par la droite, portant l’écart à 31 voix. Ce lundi 14 décembre au matin, nouvelle évolution. La commission de recensement, présidée par un magistrat et chargée du contrôle des opérations électorales, a mis les résultats définitivement à jour « après vérification des procès-verbaux transmis par les communes et rectification de certaines erreurs matérielles », confirme la préfecture de l’Essonne. Au final, la liste de Valérie Pécresse est toujours en tête, mais d’une très courte tête devant celle de Claude Bartolone. Les deux listes finissent égalité en termes de suffrages exprimés en pourcentage, mais avec un très léger avantage de 10 voix, toujours à l’avantage de la liste LR-UDI-MoDem.

Les maires bien représentés

 

Ainsi, la droite essonnienne dispose de treize sièges, contre sept pour la gauche et trois pour les candidats frontistes au sein de l’assemblée régionale. Si certains rempilent pour un nouveau mandat comme Stéphane Beaudet (LR), de la centriste Faten Hidri, ou encore du socialiste Oliver Thomas, la majeure partie des autres « nouveaux élus » n’en est pas à leur premier mandat. Au total, huit sur 23 occupent déjà les fonctions de maires. Une part déjà conséquente vu que cela représente un tiers des nouveaux conseillers régionaux.

Toutefois, ce ratio est encore plus important quand on isole le nombre de maires élus sur la liste de Valérie Pécresse en Essonne. En effet, plus de la moitié d’entre eux sont déjà maires d’une commune essonnienne, soit un total de sept sur treize. Stéphane Beaudet à Courcouronnes, Grégoire de Lasteyrie à Palaiseau, Jean-Philippe Dugoin-Clément à Mennecy, Sylvie Carillon à Montgeron, Jean-François Vigier à Bures-sur-Yvette, auxquels il faut rajouter Jean-Raymond Hugonet et Robin Reda, tous deux maires de Limours et Juvisy et présidents d’intercommunalités. Parmi les autres élus de gauche ou frontistes, un seul est maire. Il s’agit d’Olivier Thomas à Marcoussis.

Le Sud-Essonne presque absent

En termes de représentation territoriale, la quasitotalité des élus émane de communes du nord du département. Du Plateau de Saclay au Val d’Yerres en allant de Massy à Brétigny, bref, dans tout ce secteur de l’Essonne se concentre 21 des 23 nouveaux conseillers régionaux. Pour la deuxième circonscription de l’Essonne, celle couvrant le secteur d’Etampes-Milly-Mennecy, la plus grande du département, il n’y a donc que deux représentants au Conseil régional. Il s’agit du maire de Mennecy, Jean-Philippe Dugoin-Clément et de Gérard Hébert. Ce dernier, proche du député-maire d’Etampes Franck Marlin, rassure en expliquant que « le Sud ne sera pas oublié ».

Enfin, l’Essonne comptera également un autre conseiller régional, en la personne de François Damerval. Ce dernier, proche de Corinne Lepage (CAP21) a été élu dans le département des Hauts-de-Seine suite aux opérations de fusion des listes de gauche dans le cadre le cadre du second tour.

Quoiqu’il en soit, tout ce petit monde sera intronisé ce vendredi 18 décembre lors de la séance d’installation au Conseil régional.

13 Conseillers régionaux de la majorité (Liste Pécresse)

Stéphane Beaudet (LR), maire de Courcouronnes, Président de l’AMIF
Faten Hidri (UDI), conseillère municipale de Draveil
Grégoire de Lasteyrie (LR), maire de Palaiseau
Aurélie Gros (LR), Conseillère Départementale
Jean-Philippe Dugoin-Clément (UDI), maire de Mennecy
Marianne Duranton (UDI), conseillère municipale de Morsang-sur-Orge
Jean-Raymond Hugonet (SE), maire de Limours-en-Hurepoix, Président de l’UME
Sylvie Carillon (LR), maire de Montgeron
Gérard Hébert, Mennecy
Isabelle Perdereau, adjointe au maire de Brétigny-sur-Orge
Jean-François Vigier, maire de Bures-sur-Yvette
Sandrine Lamiré-Burtin (MoDem), adjointe au Maire de Brunoy
Robin Reda (LR), maire de Juvisy-sur-Orge

7 Conseillers régionaux d’opposition (Liste Bartolone)

Carlos Da Silva (PS), député de la première circonscription
Corinne Rufet (EELV), conseillère régionale sortante de Paris
Olivier Thomas (PS), maire de Marcoussis
Hella Kribi-Romdhane (PS), conseillère municipale d’opposition à Massy
Jean-Vincent Placé (UDE), sénateur de l’Essonne
Loubna Méliane (PS)
Lamine Camara (FdG)

3 Conseillers régionaux d’opposition (Liste Saint-Just)

Audrey Guibert, conseillère municipale d’opposition à Savigny
Aurélien Legrand
Vanessa Juille, ancienne candidate aux départementales sur le canton de Dourdan