Sur 196 villes et villages que compte le département, le Front national est premier dans pas moins de 99 communes. Le parti d’extrême-droite enregistre ses scores les plus élevés dans le sud rural et les zones péri-urbaines.

Les urnes de vote à Auvernaux et Nainville-les-Roches, avec les maires. (JM/EI)

L’urne de vote à Nainville-les-Roches, avec le maire et ses adjoints. (JM/EI)

Les sondages prévoyaient de bons scores pour le FN, ils se sont confirmés à l’échelle du pays, le parti frôlant avec les 30% de suffrages en France métropolitaine. Avec ses 18,41% sur la Région, Wallerand de Saint-Just se maintient au second tour dimanche prochain. Sa liste en Essonne a même atteint 22%, avec des scores disparates selon les communes. Si il ne dépasse pas les 10% dans quelques communes, Saint-Aubin (8,82%), Bures-sur-Yvette (9,88%), Gif (9,81%), il confirme son implantation sur presque tout le territoire, descendant rarement sous les 15%.

La majorité des communes du sud Essonne le place ainsi en première position, à l’image d’Etampes où le FN obtient 27,04% des voix. Il dépasse les 40% dans une dizaine de villages, comme Estouches (49,28%), Saint-Cyr-la-Rivière (44,17%) ou Marolles-en-Beauce (44,04%). A Monnerville, le parti de Marine Le Pen fait son meilleur score départemental en dépassant les 50% de votants (64 voix sur 126). Il dépasse aussi les 30% dans plusieurs villes situées en zone urbaine, comme Paray-Vieille-Poste (32,09%) et Champlan (33,10%).

A Auvernaux, où le FN réalise 43,70%, le maire (SE) Wilfrid Hilgenga s’attendait à ce résultat élevé à quelques heures de la fermeture du bureau de vote communal : « ici le FN fait des scores hauts, les gens sont venus voter en nombre après les évènements du 13 novembre ». A quelques kilomètres de là, la commune de Nainville-les-Roches, et un Front national à 40,45%. Le constat est le même pour le maire (DVD) Joël Primaud, qui juge que « ce qu’il s’est passé à Paris, ça a fait bouger, car ici les gens sont très marqués ». D’autant plus selon lui qu’un nombre important d’électeurs « vote par mécontentement ».

Aux départementales de mars dernier, déjà, le FN parvenait à se qualifier dans 8 des 21 cantons de l’Essonne au premier tour, avec une moyenne de 22,71% sur le département. Une situation dont se réjouit la secrétaire du FN 91, et tête de liste locale du parti : « Ici en Essonne, on tire les résultats du Front National vers le haut. L’objectif premier est réussi, car nous voulions faire notre entrée au Conseil régional ». Une prévision en passe de se réaliser lors du second tour, qui déterminera la répartition du prochain hémicycle dimanche 13 décembre prochain.