A l’issue d’une campagne décousue, interrompue, rythmée au gré des actualités nationales, quels que soient les résultats à l’issue du vote, le rendez-vous de dimanche prochain entre les électeurs et l’avenir de la région IDF risque d’être manqué. Cette élection partait en trainant à son pied le boulet de l’impopularité et d’un manque de clarté aussi bien dans son mode de scrutin (à la fois majoritaire et proportionnel) que dans le sens même d’un Conseil régional.

En Essonne, ce sont treize listes qui se présentent pour diriger la Région Île-de-France pour les six années à venir. Cette diversité de listes et de candidats est peut-être le signal positif essentiel à retenir de cette campagne inaudible. Finalement que retiendrons-nous de cette élection ?

Transports, éducation, aménagement du territoire…Face à des programmes bien souvent méconnus des électeurs, il est aujourd’hui bien difficile de dire quels seront les enjeux régionaux qui feront le scrutin de dimanche prochain. Le débat monopolisé ces dernières semaines par des enjeux nationaux comme l’immigration ou la sécurité ? Le pacte de sécurité ne semble pas profiter au parti de Manuel Valls. Les caméras du monde entier braquées sur la COP21 ? Le parti d’Emmanuelle Cosse ne semble pas profiter non plus d’un sursaut écologique.

Et la cote du Président Hollande qui remonte dans les sondages n’aidera pas non plus son parti à conserver la Région, acquise à la gauche depuis 17 ans. Au contraire, la liste conduite par Valérie Pécresse serait créditée des plus fortes intentions votes dans les sondages. Alors qu’il semblerait que la région IDF comme bien d’autres se dirige vers une alternance, l’alternance se suffirait-elle à elle-même ?

L’omniprésence de problématiques nationales n’aura donc pas dupé les électeurs franciliens. Néanmoins, le choix du bulletin, dans ces conditions démocratiques réduites, reste encore indéfini pour beaucoup (Retrouvez notre dossier consacré aux élections régionales).

Alors finalement que retiendrons-nous de cette élection ? Peut-être l’urgence de repenser le débat public, en particulier dans des moments de vie collective où le besoin de démocratie est fort, parce que la démocratie réside peut-être davantage dans le chemin qui amène au pouvoir que dans son exercice.

Les 13 listes  Tête de liste
Debout La France Nicolas Dupont-Aignan
EELV Emmanuelle Cosse
Fédération libertaire unitaire ouverte Sylvain De Smet
Front de Gauche Pierre Laurent
Front National Wallerand de Saint-Just
Liste d’union citoyenne Dawari Horsfall
LR-UDI-MoDem Valérie Pécresse
Lutte Ouvrière Nathalie Arthaud
Nous Citoyens Valérie Sachs
Aux urnes citoyens – PLD Aurélien Véron
Parti Socialiste Claude Bartolone
Union des démocrates musulmans français Nizarr Bourchada
Union populaire républicaine François Asselineau