Contrôles d’identité systématiques, fouille des véhicules, interdiction de tout rassemblement… dès cette semaine, un arrêté préfectoral institue une « zone de protection ou de sécurité » sur le plateau de Saclay. Essonne Info vous en révèle les aspects.

Les slogans ont comparé plusieurs projets d'envergure nationale. (JM/EI)

Les autorités veulent interdire tout rassemblement lié à la COP21 (Archives EI)

A partir de cette semaine et durant toute la durée de la conférence climat de Paris, la COP21, le territoire du plateau de Saclay va être complètement bouclé. C’est une disposition liée à l’état d’urgence qui est mise en oeuvre par arrêté préfectoral : les secteurs de Saclay et Saint-Aubin autour du CEA, Villiers-le-Bâcle, le Moulon et le quartier Polytechnique vont passer en « zone de protection ou de sécurité » (voir la carte ci-dessous).

« On a été prévenus par les services de l’Etat, il y aura un renforcement des dispositifs de contrôle, lié aux appels à rassemblement des Zadistes sur le plateau, cela concerne notamment les établissements sensibles » indique le maire de Gif et président de l’agglo Michel Bournat, qui n’a pas encore connaissance de l’ensemble du dispositif prévu, « on va rester terrés chez nous » ironise-t-il.

C’est que l’arrêté publié par le préfet de l’Essonne Bernard Schmeltz ce mardi 24 novembre 2015 est inédit : il institue jusqu’au 14 décembre deux zones qui vont littéralement sortir du droit commun. S’y appliqueront le temps de la COP21 les règles d’une « zone de protection ou de sécurité » selon les termes de la loi sur l’état d’urgence de 1955. En détail, l’arrêté fixe les modalités d’application de ces dispositions (voir plus bas), mais il faut d’ores-et-déjà retenir que durant les deux prochaines semaines, tout le secteur sera filtré, des contrôles systématiques seront effectués, et des barrages sur les principaux axes donneront lieu à des fouilles massives des véhicules. Plus important, toute personne présente sur place devra être en mesure de justifier sa présence, au risque de se voir demander de faire demi-tour.



Les Zadistes dans le viseur

Dans le viseur des autorités, plusieurs appels qui circulent sur internet de militants du climat, à se retrouver avant la COP21 sur le Plateau. A commencer par les marcheurs venus en tracteurs et vélos depuis Notre-dame-des-Landes (à lire sur Reporterre), et qui souhaitent faire la jonction avec la problématique du cluster, considéré comme un « grand projet inutile ». « Cela va donner à la police des pouvoirs élargis, notamment sur les contrôles d’identité et les fouilles, pour être dans cette zone, il faudra le justifier » résume un fonctionnaire du commissariat de Palaiseau. Le maire de la ville, concerné par le quartier Polytechnique Grégoire de Lasteyrie dit comprendre « que l’Etat mette des dispositions extraordinaires », car juge-t-il, « il y a une volonté de faire interdire les manifestations, dans le contexte très particulier ».

Les mairies commencent à communiquer auprès de leurs administrés sur les conditions de circulation qui s’annoncent difficiles. Des barrages filtrants seront ainsi en place autour des axes du Christ de Saclay à partir de vendredi et ce jusque lundi au moins, comme le signale parmi d’autres dispositions le blog MonSaclay. Les nombreux usagers des sites concernés vont devoir se munir de patience.. et de leurs justificatifs, notamment les salariés pour se rendre sur leur lieu de travail. La nouvelle ne réjouit en tout cas pas les partisans de la lutte pour le climat, qui pointent dans un communiqué la « dérive sécuritaire » autour de la COP21 : « À présent, dans l’état d’urgence, chaque bout de territoire peut devenir ZSP et justifier des contrôles à tout-va sur simple décision du ministère de l’intérieur (…) Voilà qui présente la COP21 et les 3 mois d’état d’urgence à venir sous de bons hospices… »

L’arrêté complet publié sur le site de la préfecture (captures écrans) :

arreteZPSSaclay1

arreteZPSSaclay2