Alors qu’elle demeure encore en chantier jusqu’au mois de février prochain, la nouvelle église de Saint-Pierre-du-Perray vient d’obtenir ses trois cloches. Pour l’occasion, une bénédiction a été donnée devant plusieurs centaines de personnes. Signe que ce nouveau lieu de culte est attendu.

02

 

Jean-Eudes, Marie, Spire, Pierre, Corbinien et Augustin. Ces noms ne vous disent peut-être rien, pourtant d’ici quelques semaines, ils rythmeront le quotidien de plusieurs milliers de personnes pour de nombreuses années, voire plusieurs décennies. Ces noms, ce sont ceux attribués aux trois cloches de la nouvelle église de Saint-Pierre-du-Perray. Au cours d’une cérémonie, ces trois mastodontes, dont le plus imposant dépasse les 500 kg, ont été bénits en présence de l’évêque d’Évry, Monseigneur Michel Dubost, avant d’être hissés dans le clocher flambant neuf.

Un moment attendu par toute une communauté. Pour preuve, plusieurs centaines de personnes avaient fait le déplacement ce samedi 21 novembre pour assister à cette bénédiction. Si bien que la nouvelle église de Saint-Pierre-du-Perray paraissait trop petite pour accueillir tout ce monde. « Il faut dire que ce ne sont pas des moments si fréquents que cela », notait Michel Dubost peu avant le début de cette bénédiction.

Une symbolique particulière

 

Riverains, élus, clercs, qu’ils soient des fidèles de la première heure ou simples curieux, l’église affichait complet pour cette bénédiction des cloches, « même si ce n’était pas la première pour ces dernières », concède Monseigneur Alain Bobière, vicaire général au diocèse d’Évry. « En effet, nous avions déjà béni la cloche Spire-Pierre-Corbinien lors de sa coulée fin septembre, dans une fonderie près d’Annecy où elle a été conçue », rappelle-t-il.

03

Pour autant, cette bénédiction des trois cloches, devant leurs « parrains » et dans ce lieu était un moment « important » selon Mgr Dubost. « Elles sonneront pour les baptêmes, les mariages, les enterrements, ou encore le glas comme ce fut le cas ce lundi [Ndlr : 16 novembre]. J’espère qu’elles ne sonneront jamais le tocsin ». Car après les tragiques événements du 13 novembre dernier, cette cérémonie avait une résonnance tout à fait particulière. « Elles sonneront pour la vie, insiste Michel Dubost. Il faut se battre pour la vie. Que vous soyez enfants, adultes, Français ou étrangers, cette vie est offerte à chacun. Enfin, ces cloches sonneront pour le rassemblement et pour montrer l’Égalité, la Liberté et la Fraternité ».

Après une messe et leur bénédiction, les cloches ont été testées par les plus jeunes avant qu’elles ne trouvent place au sein du clocher qui leur est alloué. Une avancée de taille pour cette église de Saint-Pierre-du-Perray qui est encore en chantier.

Bientôt l’inauguration

Toujours en travaux, oui, mais plus pour très longtemps. « L’inauguration est prévue pour le 14 février 2016 », confirme le père Évariste Camara qui officiera dans ces lieux. Financés en partie par un système de don, les travaux sont bientôt terminés. « Les décorations religieuses sont en partie déjà là, mais il reste encore l’étage et le baptistère à aménager », indique le vicaire Alain Bobière. « Je tiens à remercier tous les donateurs. Sans eux, le chantier n’aurait pas pu aller aussi vite », explique le père Évariste Camara.

Religion - Culte

L’église de Saint-Pierre-du-Perray sera inaugurée en février 2016. (JL/EI)

Une ouverture des portes attendues par de nombreuses personnes comme en témoigne l’affluence record pour cette bénédiction des cloches. « C’est toute une communauté qui attend ce moment. Par exemple, 80% des mariages que je célèbre dans la ville voisine de Saint-Germain-lès-Corbeil sont des gens qui habitent la commune de Saint-Pierre-du-Perray », poursuit le père Évariste Camara. Et cela ne devrait pas s’arrêter là. Étant inscrite dans les projets de ville nouvelle, la commune de Saint-Pierre-du-Perray est amenée à connaître de grands bouleversements dans les prochaines années. « Depuis quelques années, nous avons enregistré une forte hausse de la population, constate la maire Catherine Aliquot-Vialat. Si bien que nous allons bientôt dépasser la barre des 10 000 habitants. À termes, la ville accueillera plus de 13 000 habitants. C’est pourquoi la création d’un lieu de culte comme celui-ci est importante pour ces nouvelles populations ».

Dans tous les cas, cette bénédiction des cloches aura fait son effet. « Des événements comme celui-ci permettent de constituer une communauté de fidèles », analyse Mgr Dubost, qui prédit de beaux jours à celle qui sera la première église à voir le jour en Essonne au XXIème siècle. Elle ne devrait pas rester seule très longtemps à avoir ce statut. « Une autre église est prévue sur le Plateau de Saclay. Il ne nous reste plus qu’à trouver un terrain », conclut l’évêque d’Évry.