A quelques semaines de la mise en place du SRCI et de la création de la métropole du Grand Paris, les présidents des Conseils départementaux de la Grande couronne sont montés au créneau pour faire en sorte « d’exister » dans les débats. Ces derniers vont d’ailleurs créer une association.

Durovray

Le 1er janvier prochain, la carte intercommunale telle que vous la connaissez va être profondément bouleversée. Les contours des communautés d’agglomération des départements de Grande couronne vont être en partie revus et agrandis, avec l’application du schéma régional de coopération intercommunale (SRCI). Tout le nord de l’Essonne sera impacté par la mise en place de ce schéma. Pour leur part, les départements de la petite couronne ne sont pas en reste non plus. Ces derniers vont voir la création d’une nouvelle entité, celle de la métropole du grand Paris (MGP). Bref, il s’agit d’une « vraie évolution institutionnelle qui se prépare en Ile-de-France », résume à ce sujet, François Durovray, président du Conseil départemental de l’Essonne. Peu convaincu par cette mutation territoriale, ce dernier avait convié les présidents des Conseils départementaux de Grande couronne pour évoquer ensemble les différentes problématiques qui émergent d’un tel projet, ce jeudi 5 novembre. D’une seule et même voix, Jean-Jacques Barbaux, Pierre Bédier, Arnaud Bazin et François Durovray, respectivement présidents des Conseils départementaux de Seine-et-Marne, des Yvelines, du Val d’Oise et de l’Essonne ont affirmé leur besoin de travailler ensemble, « pour exister face à la métropole ».

« La métropole, c’est l’Ile-de-France »

Car l’une des craintes de ces élus est de voir son territoire être marginalisé par la métropole du grand Paris. « Il y a un centre très concentré qui compte 6 millions d’habitants et l’essentiel de la richesse. La périphérie est en risque de marginalisation. Il ne faut pas que nous soyons des territoires servants », analyse Arnaud Bazin, président du Conseil départemental du 95. Mêmes propos pour son homologue essonnien François Durovray. « La Grande couronne, c’est la moitié de la population pour 90% du territoire de la région. Il faut montrer que nous ne sommes pas les ‘’Indiens’’ du Grand Paris ». C’est pourquoi les quatre édiles franciliens sont tombés sur un accord : la création de l’association « Grande couronne capitale ». L’objectif principal sera de garantir de peser sur le débat métropolitain. « Il ne s’agit pas d’une nouvelle administration interdépartementale, rassure François Durovray. Il est important que la Région ne soit pas prisonnière d’un dialogue avec un mastodonte de 6 millions d’habitants, mais qu’elle puisse marcher sur deux jambes. L’une qui est la métropole et l’autre qui s’appelle Grande couronne capitale. Il faut que la Région ait des rapports équilibrés entre la métropole et la Grande couronne ».

L’idée défendue par les quatre hommes est rapportée par le président du Conseil départemental des Yvelines, Pierre Bédier. Celui-ci remet en cause le périmètre même et la viabilité de la future métropole du Grand Paris. « La seule vérité, c’est que la métropole voit trop petit. Elle est nécessaire, mais on veut une vraie métropole, donc plus grande. Il faut que ce soit toute la région qui soit la métropole. Voilà pourquoi nous sommes obligés, hélas, de constituer cette association. Si le gouvernement avait donné directement son bon périmètre à la métropole, il n’y aurait pas eu ce débat », explique-t-il.

Même constat pour Jean-Jacques Barbaux, président du Conseil départemental de Seine-et-Marne. « Notre volonté c’est d’exister et d’être des territoires d’appui. Nous ne voulons pas le laisser faire par d’autres comme la métropole. Avec la création de l’association, je suis rassuré », assure ce dernier en faisant référence à ce « contrepouvoir ».

« Faire du lobbying »

Permettre d’exister face à la métropole du Grand Paris, voilà donc l’objectif principal. Toutefois, il n’est pas le seul. « L’association a pour but de nous permettre de nous concerter sur les politiques publiques des départements concernés, dans un souci d’efficacité, poursuit François Durovray. L’idée est de créer une conférence entre nous, et dès lors qu’il y a un sujet interdépartemental, nous  chasserons en meute ». Ainsi, les quatre départements sont amenés à travers la mise en place de cette association à travailler plus souvent ensemble. Plusieurs thèmes interdépartementaux pourraient ainsi être gérés à cet échelon, comme la question des parkings autour des gares, le contrat de projet Etat-Région (CPER) ou Région-Département (CPRD), les transports scolaires, ou encore le schéma régional de formation. « L’objectif sera de mutualiser les moyens quand cela sera possible et de faire du lobbying de la grande couronne au sein de la MGP », résume François Durovray.

La création de l’association Grande couronne capitale sera donc débattue dans les prochaines semaines lors des assemblées départementales. « On pouvait craindre que la métropole du Grand Paris nous marginalise, mais désormais, je suis quasi sûr que la Grande couronne va être prête avant elle », conclut le président du Conseil départemental de l’Essonne.