L’Ecole Polytechnique rend public un projet immobilier d’ampleur sur le Plateau. Il s’agit d’un « bâtiment d’enseignements mutualisés » entre six établissements, qui doit voir le jour en 2018. Signe d’un rapprochement prochain des différentes écoles impliquées?

Situé au centre du futur quartier Polytechnique, ce bâtiment dédié aux enseignements mutualisés entre écoles du Plateau sortira de terre d’ici 2018, pour un investissement de 32,5 millions d’euros. Sa surface sera d’environ 10 000m2, dans lesquels 150 personnels et 2000 étudiants évolueront. Il sera doté de « plusieurs amphithéâtres et de nombreuses salles de classe, des espaces dédiés à la pédagogie innovante seront ouverts » indiquent les porteurs du projet, en soulignant « les salles de télé-enseignement, de visioconférence et des espaces de travail collaboratifs »

Le projet est confié au lauréat du concours d’architecture, trois équipes internationales qui se sont rassemblées : Sou Fujuimoto Architects, Manal Rachdi Oxo Architects, et Nicolas Laisne associés. Dans leur note d’intention, ils font part de leur volonté de construire un bâtiment ouvert vers l’extérieur, fait d’espaces amovibles, avec « une végétation légère et un jeu de passerelles et d’escaliers qui sont autant d’espaces informels permettant de se retrouver ou de travailler ». Le tout dans l’esprit que le lieu devienne « un point de convergence » sur le campus.

Le projet est porté par six établissements* du cluster, autour de l’Ecole Polytechnique, ou « l’X ». Celui-ci préfigurera-t-il d’un futur rapprochement de ces institutions d’enseignement supérieur, alors qu’elles sont déjà partie prenante de l’université Paris-Saclay? C’est ce que préconise le rapport remis par Bernard Attali au ministère de la Défense en juin dernier. Il propose la création d’un gros pôle scientifique à plusieurs école autour de sa tête du proue (lire notre article). Une option que ne voit cependant pas d’un bon oeil Michel Berson, le sénateur de l’Essonne qui présentait ce mercredi son pré-rapport parlementaire sur le financement et le pilotage du cluster. Le co-rapporteur de la mission « Recherche et enseignement supérieur » à la commission des finances du Sénat pointe le risque de « faire de Polytechnique une grande forteresse face au bloc des universités », le tout au sein de la même Comue, l’université Paris-Saclay.

*Outre Polytechnique, l’Institut Mines-Télécom, AgroParisTech, l’ENSTA ParisTech, ENSAE ParisTech et l’Institut d’optique