Pour Pierre Poilievre, les premiers ministres de droite sont plus susceptibles de gêner que d’aider.

MONTRÉAL-La réélection avec une main plus forte du premier ministre québécois François Legault va inévitablement bousculer les choses sur la scène fédérale-provinciale. Il en sera de même pour le choix de Danielle Smith comme successeur du premier ministre albertain Jason Kenney.

Le nouveau premier ministre de l’Alberta et son homologue québécois réélu apportent à leur relation avec le gouvernement de Justin Trudeau une longue liste de griefs et un esprit d’opposition peu commun.

Dans la poursuite de ses revendications, Legault a l’avantage sur Smith sur au moins trois points.

  • Sa victoire majoritaire s’accompagne du don du temps. Trudeau sera de nouveau confronté aux électeurs bien avant que son homologue québécois n’ait à se soucier d’un troisième mandat. M. Legault pourrait même opter pour la retraite politique avant la fin de son deuxième mandat. Après deux victoires majoritaires consécutives qui ont remodelé le paysage politique québécois, il n’a plus grand-chose à prouver.

Smith, quant à lui, est sans siège à l’assemblée législative de l’Alberta et n’a guère plus d’une demi-année pour se préparer à une élection générale. Sa première campagne en tant que chef ne s’annonce pas comme une promenade de santé.

  • Contrairement à l’Alberta, une province qui est tout sauf centrale pour les chances de réélection des libéraux fédéraux, le Québec est essentiel pour les chances électorales de Trudeau. Le premier ministre et la première ministre ont plusieurs partisans en commun. Cela se traduit par un effet de levier fédéral plus important pour Legault que Smith ne pourrait jamais l’espérer.
  • Au sein de la Coalition Avenir Québec (CAQ), le leadership de Legault est essentiellement incontesté. Le soutien à ses demandes de pouvoirs accrus pour le Québec dépasse les rangs de son caucus. Il fait face à une opposition divisée et très affaiblie à l’Assemblée nationale.

Jeudi, Smith a assuré la succession de Kenney par une marge inconfortablement faible. Son projet de loi sur la souveraineté, qui permettrait à l’Alberta de refuser d’appliquer les lois fédérales que son gouvernement n’aime pas, est largement considéré comme anticonstitutionnel dans ses propres rangs. Il n’a pas encore été testé dans une élection générale.

Lire aussi:  Le CF Montréal s'incline 3-1 contre le champion en titre, le New York City FC, dans les séries éliminatoires de la MLS Cup.

Pourtant, tôt ou tard, il y aura des collisions majeures entre Trudeau et les deux premiers ministres. Mais le premier ministre n’est pas le seul leader fédéral qui a des raisons de se préparer à ces conflits. Les votes provinciaux de cette semaine placent les conservateurs et leur dernier chef dans une situation difficile.

Pour des raisons différentes, M. Legault et M. Smith forment un duo politique inconfortable pour un parti qui aspire à former le prochain gouvernement fédéral.

Prenez Legault. Dans le but de s’assurer un plus grand soutien au Québec, mais aussi de repousser le Bloc Québécois, les conservateurs fédéraux – sous le prédécesseur de Pierre Poilievre – ont cherché à agir comme un porte-parole du premier ministre québécois.

Par moments, il était juste de se demander si Legault avait demandé la lune, Erin O’Toole aurait affrété un vaisseau spatial pour essayer de la lui livrer.

En échange de l’accord des conservateurs pour porter son eau sur la Colline du Parlement, M. Legault a tenté de détourner les électeurs québécois des libéraux et des néo-démocrates lors des élections fédérales de l’année dernière.

Peut-être parce que le CPC avait si peu à montrer pour l’approbation implicite du premier ministre une fois les votes comptés l’automne dernier, les ardeurs nationalistes du parti se sont refroidies depuis.

Au cours de sa campagne à la direction, M. Poilievre a convenu avec les autres principaux candidats que le gouvernement fédéral devrait intervenir devant les tribunaux pour appuyer les contestations en cours des lois sur la laïcité et la langue de M. Legault. O’Toole a toujours maintenu qu’en tant que premier ministre, il observerait la situation depuis les coulisses.

Lire aussi:  Les Raptors s'imposent 137-134 face aux Boston Celtics pour clôturer la pré-saison.

Plus récemment, à la Chambre des communes, les conservateurs ont voté avec les libéraux pour rejeter une tentative du Bloc Québécois d’étendre l’application de la loi linguistique du Québec aux entreprises sous réglementation fédérale qui exercent leurs activités dans la province.

Bientôt, Poilievre devra décider s’il soutient activement la demande de Legault d’avoir plus de pouvoir sur l’immigration. Le dossier litigieux de la CAQ sur les droits des minorités, associé à la rhétorique douteuse sur l’immigration qui était une caractéristique de la campagne de réélection du premier ministre, pourrait faire en sorte que cela ne soit pas possible.

Si les électeurs du reste du pays ont retenu quelque chose de la récente campagne québécoise, c’est que le président sortant n’a cessé d’alimenter les craintes et les préjugés sur l’immigration.

Il est difficile de voir comment Poilievre – qui doit faire des percées dans les diverses circonscriptions de banlieue du pays lors de la prochaine élection pour mener son parti au gouvernement – pourrait endosser les demandes d’immigration d’un premier ministre québécois qui a donné aux communautés culturelles de sa propre province peu de raisons de faire confiance à son gouvernement.

De la même façon, M. Poilievre devra aussi décider à quel point il veut être proche d’un nouveau premier ministre albertain qui est plus déterminé à faire un pied de nez à la Constitution et à la primauté du droit que tout autre premier ministre souverainiste québécois.

Si les 40 dernières années ont démontré quelque chose, c’est que de nombreux électeurs, en particulier, mais pas exclusivement, en Ontario, n’accepteront pas un aspirant premier ministre qui semble prêt à jouer le jeu avec les premiers ministres souverainistes, qu’ils soient au Québec ou en Alberta.

A propos de Fleury 3563 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*