Ce vendredi 25 septembre se tenait le conseil municipal de Corbeil-Essonnes, le premier sans son maire Jean-Pierre Bechter. Parmi les nombreux sujets abordés lors de cette séance, l’un d’entre eux abordait la question de la gratuité du parking du CHSF.

C’est assez peu fréquent pour le signaler. Ce vendredi 25 septembre, le conseil municipal de Corbeil-Essonnes s’est déroulé sans son maire Jean-Pierre Bechter. En repos pour des raisons médicales, ce dernier a été remplacé par son premier adjoint, Jean-Michel Fritz. Lequel a d’ailleurs choisi de clarifier les choses à propos de la santé de Jean-Pierre Bechter dès sa prise de parole. « Le maire a fait une hépatite. Son état de santé s’améliore de jour en jour, mais il ne lui permet pas encore de rentrer. Je l’ai eu au téléphone juste avant ce conseil. D’ailleurs, je l’ai très souvent au téléphone », a concédé Jean-Michel Fritz. Pour autant, aucune date concernant le retour de l’édile n’a été annoncé.

Une fois cette précision apportée, le maire « par procuration » a entamé l’ordre du jour. En ouverture de séance, outre l’installation de deux nouveaux conseillers municipaux, il était demandé au conseil de statuer sur deux motions. La première visait à dénoncer l’annulation du projet de construction d’un centre d’incendie et de secours sur la commune de Tigery, tandis que la seconde portait sur la mise en place d’un parking payant au centre hospitalier Sud-Francilien (CHSF). Toutefois, ces deux motions ne furent pas portées au vote des membres du conseil municipal. « Elles ne relèvent pas des compétences de la mairie. Pour le parking du CHSF, allez vous adresser directement au conseil de surveillance de l’hôpital présidé par Francis Chouat », a tenu à expliquer Jean-Michel Fritz pour justifier sa décision. Des propos qui ne sont pas passés auprès des membres de l’opposition. « Ces motions concernent la ville. Jean-Pierre Bechter fait partie de ce conseil aussi. Nous aurions dû passer au vote ces motions », ont répondu les élus d’opposition.