Visite présidentielle ce jeudi sur le campus d’Orsay et plusieurs établissements du plateau de Saclay. François Hollande est notamment venu vanter le processus de regroupements des universités et écoles, à l’occasion de la rentrée.

Le président de la République a effectué ce jeudi une visite en Essonne à l’occasion de la rentrée universitaire. Et son déplacement revêt un caractère singulier. Il s’agit de son premier en tant que chef de l’Etat sur le plateau de Saclay, lieu stratégique où se concentrent les instituts de recherche de pointe du pays. Cinq ans après la venue de Nicolas Sarkozy en tant que président en exercice, les nombreux acteurs académiques et politiques du territoire attendaient avec impatience cette visite, afin de connaître le cap fixé par le sommet de l’Etat, concernant ce territoire.

Accueilli dans l’amphithéâtre de mathématiques Henri Cartan, il a eu droit à un message d’accueil du président de l’université Paris-Sud Jacques Bittoun, qui lui a présenté les projets en cours, comme le nouvel institut de mathématiques qui verra le jour en 2016 (lire notre article). Puis Gilles Bloch, le président de la nouvelle université Paris Saclay, a décrit en quelques mots l’état d’avancement de cette université hybride, qui regroupe 18 établissements dont Paris-Sud, le CNRS, le CEA, Polytechnique… « l’université Paris-Saclay est déjà bien ancrée, c’est une construction collective, avec nos 49 mentions de master et les 20 écoles doctorales » a-t-il développé, annonçant dans la foulée la signature commune dans les publications de recherche produites « par nos 300 laboratoires ».

Après une rencontre en petit-comité à la nouvelle maison des étudiants de Paris-Sud (la maison des Parisudiens), François Hollande s’est ensuite exprimé devant un public d’étudiants, enseignants et responsables politiques locaux. Il a dès le début de son intervention marqué son soutien à la démarche de regroupement des établissements, université et écoles en marche sur le Plateau : « c’est un projet exemplaire, la création de cette université Paris-Saclay participe à l’élévation du niveau scientifique », ce qui constitue pour lui « un enjeu décisif dans le cadre de la mondialisation ».

Quelques annonces, pas de polémique

Le président de la République a ensuite livré quelques orientations nationales concernant l’enseignement supérieur et la recherche, fixant l’objectif de « 60% d’une classe d’âge diplômée du supérieur ». Il a aussi promis des crédits supplémentaires dans le Programme des investissements d’avenir (PIA), à hauteur de 10 milliards d’euros en 2016. Rappelant au passage que Paris-Saclay a bénéficié de 1,5 milliards d’euros sur ces programmes. « J’ai été frappé par cette pluridisciplinarité, cette diversité que vous représentez, vous êtes des acteurs du progrès » a lancé François Hollande aux étudiants et enseignants présents.

Le chef de l’Etat s’est ensuite prêté au jeu des photos avec plusieurs personnes du public le sollicitant, puis il a poursuivi sa visite à l’institut d’Optique, et enfin à l’Ecole Polytechnique, où il a découvert un pôle-entrepreneuriat et a participé à la remise de prix pour l’innovation. Une visite placée sous le signe du monde académique et du développement économique en somme, puisqu’il a promis des avancées pour inciter les étudiants à monter leur entreprise. Peu d’annonces par contre, concernant le projet urbain et d’aménagement du Plateau, qui continue à faire débat, avec la relance prochaine d’un nouveau Contrat de développement territorial (CDT), et une enquête publique à la clé.