Sa fresque géante commence à orner les murs des Arènes de l’Agora. Constituée de personnages hybrides, mélangés (Popoye sur le corps de Mickey par exemple), elle vise à montrer l’étendue de la richesse de notre culture. Rencontre avec cet artiste dont l’oeuvre est bientôt terminée.

04

Voilà deux semaines que Speedy Graphito passe ses journées, et au début ses nuits (lire notre article), dans la capitale de l’Essonne. Evry est devenu le temps de quelques semaines son terrain de jeu, puisqu’il peint la facade circulaire des Arènes de l’Agora.

Avant l’inauguration de sa fresque le 26 septembre prochain, dans le festival street art de l’agglo d’Evry, Speedy Graphito est aux Cinoches ce jeudi soir, pour la soirée d’ouverture du festival Villes & Toiles. Il répond aux questions d’Essonne Info sur son travail.

Essonne Info. Que représentent les personnages de votre fresque ? Ont-ils un sens particulier ?

Speedy Graphito. Ce sont des personnages comiques issus de la mémoire collective, des figures connues qui représentent des liens. La plupart sont issues du monde de l’enfance, c’est l’approche du monde que j’ai choisi de mettre en avant. Il y a une certaine spontanéité et je joue aussi sur les contrastes, comme par exemple pour le soldat-smiley.

05

Pourquoi avoir accepté un projet aussi ambitieux ?

Pour le défi. J’ai dit oui, puis je me suis demandé comment j’allais faire ! En plus, j’ai un planning très serré. Mais j’aime bien réaliser quelque chose qui me dépasse. La fresque frappe les mémoires, donc le fait qu’elle soit éphémère (il est prévu qu’elle reste pendant un an avant destruction du bâtiment, ndlr) ne me dérange pas. ça va créer un manque auprès des gens, qu’on va habituer à voir de l’art dans la rue.

Beaucoup d’Evryens passent devant vous et votre équipe pendant que vous réalisez la fresque. Avez-vous des retours positifs de ceux que vous rencontrez ?

Oui, dans l’ensemble les retours sont positifs. C’était un bâtiment triste, un peu vieux. Et ça interpelle par la taille du travail… C’est quand même le plus grand mur que j’ai jamais fait. Je n’ai été qu’une seule fois à Evry et en France, ça faisait longtemps que je n’avais pas fait de mur. Je travaille beaucoup plus à l’étranger.

Dans le cadre du festival Villes et Toiles, du 17 septembre au 4 octobre.
Rencontre avec Speedy Graphito ce jeudi aux Cinoches de Ris, pour la soirée « Peindre ma rue ».
En savoir plus : prefigurations.com