Un collectif regroupant militants de gauche et associatifs lance une pétition pour l’arrivée du tramway à la gare de Juvisy. Dans leur viseur, le maire de la commune Robin Reda, accusé de vouloir remettre en cause le projet. Ce dernier se défend de vouloir bloquer les travaux, mais pointe « la durée et le coût » de ce prolongement du T7.

T7 Portes Essonne

« C’est une démarche citoyenne, et pas politicienne » assurent les responsables des associations regroupant les oppositions de gauche et des associatifs, sur les villes d’Athis-Mons, Paray, Juvisy et Savigny-sur-Orge. Pourtant, la pétition initiée est bien pointée en une direction, celle du maire (LR) de Juvisy Robin Reda, également président de l’agglomération. « Dites oui au tramway jusqu’à la gare de Juvisy » clame le texte, qui appelle à la mobilisation des habitants.

Le projet de prolongement de tramway, qui relie depuis 2 ans Villejuif à Athis-Mons, en passant par Orly et Rungis serait freiné, voire « compromis » depuis l’élection à la mairie de Robin Reda. Celui-ci a écrit aux habitants de sa ville pour leur faire part de ses réserves. Ce projet, c’est celui de construire la suite de la ligne T7, entre l’arrêt des Portes de l’Essonne, aujourd’hui terminus, et la gare de Juvisy (dont la rénovation complète a débuté), en passant par la N7 et le centre de la ville. Il est notamment prévu pour cela le creusement d’un tunnel sous le parc de la mairie.

Selon Laurence Lefebure, de l’association citoyenne Res’am d’Athis-Mons, « Robin Reda a décidé de remettre en cause le projet, alors qu’il a été reconnu d’utilité publique et qu’il est financé ». Revenir dessus serait « un gâchis » à croire les initiateurs de la pétition, pour qui « le retour du tramway en région parisienne est salué par tous ». Même sévérité pour le conseiller régional écologiste Jacques Picard, qui s’offusque des réserves exprimées par le maire : « les travaux ont commencé pour la gare de Juvisy. Sur le prolongement du T7 il y a eu 10 ans de débats et d’études, cela serait inconcevable de construire le pôle Juvisy sans l’arrivée du tramway ».

200 millions débloqués par l’Etat et la région

« Je ne bloque rien du tout, je n’en ai d’ailleurs pas le pouvoir » assure pour sa part Robin Reda. Le maire de Juvisy fait néanmoins le constat que « le tramway ne peut pas arriver avant 2021, car le parvis (ndlr : de la nouvelle gare) doit être la ». Il assume ainsi avoir demandé une étude au Conseil départemental – acceptée par son président François Durovray – afin d’envisager « des propositions alternatives, comme un bus à haut niveau de service, une liaison plus rapide entre Orly et Juvisy construite en moins de temps et moins chère ».

T7 Portes Essonne 2

La question du financement est en effet largement mise en avant par le maire de Juvisy. « Aujourd’hui, personne ne nous dit comment on le finance. Le contrat Etat-région a prévu 200 millions d’euros, mais c’est insuffisant au regard du prix des travaux, 60 M€ par kilomètre pour un tronçon de 3,7 kms, sans compter que les coûts augmentent ». Un argument rejeté par les pétitionnaires, pour qui « 80% du financement est assuré, en faisant cela, au mieux il retarde le projet, au pire il sera annulé, car les crédits débloqués seront utilisés ailleurs si ce n’est pas pour le T7 ».

Le débat pourrait en tout cas se poursuivre à l’occasion des élections régionales. Robin Reda, par ailleurs porte-parole de la candidate Valérie Pécresse, pourrait ainsi faire apparaître la question sur son programme. Il tacle ainsi ses détracteurs, qu’il accuse d’avoir lancé la pétition « en vue des régionales, car ce sont mes opposants socialistes ». De leur côté, militants comme soutiens au prolongement sont vent debout contre la position du maire, qualifiée de « posture électoraliste. Nous attendons de lui qu’il ait une position responsable ».

Deux réunions publiques sont organisées par les associations en faveur du prolongement du T7, le mercredi 23 septembre à Juvisy (salle Pidoux de la Maduère- Grande Rue, à 20h30) puis le mardi 29 septembre à Athis-Mons (salle Pasteur, avenue Dunant, à 20h30), avec la participation d’élus du territoire et du conseil régional.