Les syndicats québécois tentent d’écarter les projets obligeant les enseignants à aider les élèves à se laver les dents.

MONTRÉAL – Les enseignants du Québec disent qu’ils n’ont pas le temps de surveiller les enfants qui se brossent les dents tous les jours.

Les syndicats d’enseignants affirment que leurs membres ont une charge de travail suffisamment lourde et que ce n’est pas le moment de leur confier la responsabilité de s’assurer que leurs élèves ont la bouche propre.

Les syndicats réagissent à un programme qui se déploie lentement à travers la province, dans lequel les enseignants sont tenus de s’assurer que les élèves se brossent les dents pendant deux minutes chaque jour.

Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement, qui représente 87 000 enseignants, estime que le programme est une bonne idée mais qu’il est totalement irréaliste.

Un autre syndicat, la Fédération autonome de l’enseignement, qui compte plus de 60 000 membres, affirme que les exigences du programme sont complètement déconnectées de la réalité des écoles.

Le programme – destiné aux garderies et aux écoles primaires – a été élaboré par le ministère de la Santé en 2017, mais sa mise en œuvre a été lente en raison de la pandémie de COVID-19.

Ce reportage de la EssonneInfo a été publié pour la première fois le 7 octobre 2022.

Lire aussi:  Legault critiqué pour avoir appelé le chef libéral "cette dame" alors que la campagne électorale commence
A propos de Fleury 3604 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*