Loin des préoccupations de « Paris intra-muros », le Front national veut axer sa campagne pour les régionales sur les problématiques que rencontrent les Franciliens de la grande couronne. Il veut garder un pied bien ancré dans l’Essonne, département depuis lequel le parti lancera officiellement sa campagne, le 14 septembre prochain.

C’est Audrey Guibert, à la tête de la section essonnienne, qui l’annonce, entourée de Wallerand de Saint-Just. Le 14 septembre prochain, ce sera depuis l’Essonne, une terre où « le FN a de bons résultats », que le parti lancera sa campagne avec un « grand meeting ». « Pour que tout simplement, ça ne soit pas depuis Paris », lance Wallerand de Saint-Just, tête de liste FN des régionales en Ile-de-France. Avant de préciser : « Nous pensons que les habitants de la grande couronne souffrent plus que ceux qui vivent à Paris. »

Si le programme du FN n’est pas encore dévoilé, le parti en laisse transparaître quelques grandes lignes. Coupes budgétaires et mesures d’économies, baisse des impôts, soutien au secteur agricole, et un amaigrissement drastique du budget culture (de 30 %)… Et pour le secteur des transports, le ton est déjà donné. Insécurité, opposition au super métro du Grand Paris ou encore aux changements de visage du plateau de Saclay : pour le FN, ce sont les transports qui, en Essonne, posent le plus de problèmes et sur lesquels il axera, principalement, sa campagne.